Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Composition du CNT : un jeune recalé contraint le ministre Mory Condé à s’expliquer

Lors de la rencontre que le ministre de l’Administration du Territoire s’est expliqué sur son rôle supposé ou réel dans le processus ayant abouti à la composition du conseil national de la transition (CNT). C’était lors de la rencontre qu’il a eue avec la jeunesse de Labé, en compagnie d’autres membres du gouvernement en séjour d’immersion dans la région.

Un jeune dont l’élimination reste encore en travers la gorge, a interpellé, Mory Condé sur ce qu’il ressent comme une injustice. Boubacar Diallo était le choix fait au compte des jeunes pour représenter les jeunes au parlement de la transition. Mais, explique-t-il, « à notre fort étonnement, un décret est sorti, un autre jeune a été pris, qui n’était non seulement pas candidat, mais qui ne répondait pas aussi au critère jeune », dénonce-t-il, invoquant la charte africaine de la jeunesse.

En réponse, le ministre de l’Administration commence par rectifier son interlocuteur. « La précision que je voudrais faire, tu as dit représentant des jeunes, c’est ça d’abord l’erreur. On a dit représentants des organisations de jeunesse, pas représentants des jeunes… » Avant d’informer : « dès lors que le ministère de la jeunesse se soit impliqué dans le choix de quelqu’un, c’est la nullité.  C’était la première des conditions si on ne vous a pas informé. »

Dans cette lancée, le ministre Condé révèle « qu’aucun service de l’Etat n’avait le mandat de se mêler du choix des personnes qui devaient être désignées au conseil national de transition ». Et que, malheureusement, « vous avez été désigné par le ministère de la jeunesse ».

Du coup, explique-t-il, « on a reçu effectivement. Le ministère de la jeunesse a fait un choix transmis de votre nom ». Mais, compare le MATD, « c’est comme si représentante des femmes aussi avait été choisie par le ministère de l’action sociale. C’est comme si le ministère du secteur informel du commerce avait été choisi par le ministère du commerce ». Et d’insister que « toutes les personnes dont les dossiers sont parvenus par la voie d’un cadre de l’Etat, on a prononcé la nullité ».

Justifiant cette décision par l’attitude des anciens responsables du pays, « lorsqu’on demandait à des cadres de l’Etat de désigner des personnes, ces cadres de l’Etat prenaient soit des jeunes appartenant à leurs formations politiques, ou des jeunes qui sont proches de leurs familles… », charge-t-il. Et d’informer de passage que son propre jeune frère avait été éliminé dans les mêmes circonstances à Kankan.

Avant de confier que « lorsque le ministre Béa a fait la communication, en conseil des ministres, il lui a été rappelé qu’aucun commis de l’Etat ne doit s’immiscer dans le choix des personnes qui doivent aller au CNT ».   Et d’ajouter plus loin que « même moi, je n’ai pas été associé au choix des membres du CNT ».

A propos du rôle joué par son département, selon Mory Condé, «il y a une commission qui a été mise en place au MATD, pour recevoir des dossiers. » Le reste revenait au CNRD qui, rappelle-t-il de passage, « est l’organe central de décision » selon la Charte de la transition.

A noter que les cas cités dans les échanges entre le ministre Mory et Boubacar Diallo sont loin d’être isolés. D’autres, plaintes existent notamment dans le monde politique.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :