Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

CNT: Guerre fratricide entre deux alliés du RPG arc-en-ciel

Les maigres 15 places attribuées aux paris politiques dans la laborieuse composition du Conseil national de la transition (CNT) n’en finissent pas de diviser jusque dans les familles politiques d’envergure. C’est le cas au RPG Arc-en-ciel et alliés où la bataille pour le partage des 4 places est très rude, en dépit de la largesse dont l’ex-parti au pouvoir a fait montre en ne prenant qu’une place pour laisser les trois (3) autres à ses alliés.

Selon les informations dont Guineenews a eu échos, le RPG qui prend part à la gestion de la transition alors qu’il pouvait être sous le coup d’une sanction sur la base de la charte africaine de démocratie, des élections et de la gouvernance, s’est voulu rassembleur. Le chef de file de l’ex-majorité présidentielle a préféré prendre une place pour donner la chance à trois autres alliés de faire partie du parlement transitoire. Mais c’était sans compter l’appétit de certains petits qui entendent manger à tous les coups.

En tout cas, la situation est très tendue entre le FND (front national pour le développement) de Makanéra et les NFD (nouvelles forces démocratiques) de Mouctar Diallo. Les deux formations politiques rivalisent d’arguments pour être représentés au CNT comme l’UPR de Bah Ousmane et le GRUP de Papa Koly Kourouma. Joint au téléphone par Guineenews, l’ancien ministre et président du FND ne comprend pas pourquoi c’est à son niveau qu’il y a flottement?

Parlez-lui de poids électoral, l’ex député du RPG à l’assemblée nationale dissoute par le CNRD vous rétorquera que c’est une question à relativiser, «parce qu’on sait qu’au Fouta, il y a eu des députés, ils n’ont même pas eu 200 voix ». Rappelant de passage «qu’à l’uninominal, celui qui a plus de voix passe».

Mais par ailleurs, Alhoussein Makanéra s’est dit «très choqué», du fait que son parti se retrouve en flottement. «Pourquoi si une place doit flotter sur les quatre, c’est ma place à moi ? Pourquoi ce n’est pas avec le RPG, pas l’UPR, pas le parti GRUP? Ou bien j’ai moins de mérite que les autres dans cette affaire ?», s’interroge-t-il. En tout cas, pour lui, «si c’est les militants du RPG qui choisissaient, je ne pense pas que ces gens-là allaient continuer à parler».

A propos de ce qu’il représente dans sa famille politique, le président du FND se pose la question de savoir «est-ce que c’est un député seulement qui détermine l’alliance ? ». Et de répondre «qu’il y a beaucoup de facteurs ». Avant d’ajouter, sur fond de révélations : «vous savez ce qu’Alpha et moi nous nous sommes dits pour qu’on signe l’alliance? Moi je ne devais même pas aller à l’assemblée. Il y avait pleins de choses entre nous… »

Insistant que «l’élection présidentielle, les législatives, c’est nous qui avons piloté tout », il concède que «moi je n’ai pas eu un député ». Mais, réagit-il, «tous les députés du RPG, c’est nous qui les avons eus».

Des arguments qui ne tiennent pas la route selon Macka Baldé, vice-président des NFD. Pour lui, avec trois députés, les NFD viennent après le RPG ». D’ailleurs, rappelle-t-il, «Makanéra était sur la liste du RPG, il était seul, le GRUP de Papa Koly était sur la liste du RPG il avait deux représentants. Bah Ousmane avait deux députés».

Néanmoins, «on est en train de discuter ; le problème sera résolu», tempère-t-il. Même si Makanéra dit avoir déposé le nom du représentant de son parti, pour Maka Baldé, «l’essentiel ce n’est pas de déposer, parce qu’il n’est pas désigné».

En tout cas, insiste-t-il, «en termes de poids électoral, nous sommes la deuxième force politique, en tenant compte des dernières élections ». Puis de rappeler que «c’est le poids électoral qui a prévalu au niveau des autres coalitions. Donc c’est ce qui doit continuer».

Et si les dernières élections polémiques ne suffisent pas, le vice-président du parti de Mouctar Diallo invite le patron du FND «à comparer les résultats des communales de 2018 », les dernières élections inclusives.

Des arguments et contre arguments qui en disent long sur le fait que consensus reste une vue d’esprit dans le choix du quatrième représentant du RPG arc-en-ciel au CNT et qu’un arbitrage sera nécessaire pour départager les deux alliés de l’ancien parti au pouvoir. Et pour ne rien arranger, ce jeudi constitue le dernier délai du dépôt des dossiers des candidats au conseil national de la transition, selon le ministre l’administration du territoire.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...