Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Charte de la transition : réactions des leaders de l’ANAD et du FNDC

La charte de la transition publiée par le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) est favorablement accueillie dans le landernau politique Guinéen. C’est du moins, ce qui ressort de ces réactions recueillies auprès des acteurs notamment membres de l’ANAD (alliance nationale pour l’alternance démocratique) et du FNDC (front national pour la défense de la constitution).

Alpha Oumar Taran Diallo, président de l’ADR

« Pour moi, la charte de la transition telle que présentée est un pas de plus vers la bonne direction. Cela d’autant plus que ses sources sont la constitution de 2010, la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance et le protocole additionnel de la CEDEAO. En un mot, le contenu et la démarche conduisent vers l’amorce du dialogue et de la concertation. Toutes choses dont la Guinée a besoin pour jeter les bases d’une démocratie véritable. Il nous faut faire en sorte qu’elle ne soit pas juste du papier afin qu’une fois, la loi soit le guide des dirigeants pour tous les actes à poser. »

Kéamou Bogola Haba, secrétaire exécutif de l’UNAD

« Je pense que c’est déjà un grand premier pas vers la lisibilité. Car, tout était obscur jusque maintenant. De cette charte, nous comprenons que les nouvelles autorités veulent organiser toutes les élections (référendaire, Présidentielle, législatives, et locales) pendant la transition pour permettre au futur Président élu de s’occuper prioritairement du développement.

Le fait aussi que le futur premier ministre soit une personne de conviction, compétente et d’une probité morale avérée est une bonne chose et nous souhaitons que ce poste soit ouvert á tous les Guinéens capables d’aider le Président sur les questions économiques, politiques et de réconciliation en bon copilote dynamique.

Le message envoyé aux promoteurs du troisième mandat illégal et illégitime du régime déchu est également un bon signe pour éviter la répétition des comportements antirépublicains de ce genre.

Par rapport á la durée, la charte donne une grande responsabilité aux forces vives de la nation et je pense que le dépouillement des mémorandums déposés par chaque organisation permettra de prendre la décision le plus rapidement que possible. »

Aliou Bah, Président du ‘’MoDel’’

« Nous saluons cette étape importante dans la mesure où la charte constitue l’un des éléments essentiels du tableau de bord de la transition. Cela veut dire que nous aurons plus de visibilité sur l’avenir. Il y a des éléments clés qui nous donnent bonne impression à savoir la justice, la réconciliation nationale, la lutte contre l’impunité, la qualification du processus électoral etc.

Mais il faut savoir que notre pays n’a jamais souffert de la qualité de ses textes législatifs et réglementaires. C’est pourquoi, l’essentiel demeure dans leur application sans complaisance. Sur ce point, nous souhaitons que le CNRD et l’ensemble des forces du changement, se distinguent positivement pour que cette transition soit une réussite. Cela nous permettra d’en faire la dernière de l’histoire politique de notre pays.

Sur l’absence du délai dans la charte, cela est compréhensible d’autant plus que cette question mérite un consensus après une simulation d’exécution des volets prioritaires de l’agenda de la transition.

A propos de l’inclusive, elle ne veut pas dire tout et n’importe quoi. La crise a facilité la décantation. Alors, que chacun assume ses crimes et délits contre le peuple de Guinée et sa démocratie. Il va de l’intérêt de la réconciliation nationale et de la construction de notre nation sur des bases saines et solides. »

Thierno Yaya Diallo, Président ‘’Guinée Moderne’’

« La charte regroupe à tout point de vue tous les éléments d’une bonne transition. En effet, à la lecture de ce document, nous percevons nettement que la volonté de la réunification de la Guinée est mise en avant et est le maillon essentiel en filigrane tout au long des articles de ladite charte. Lorsqu’on regarde les articles qui composent le choix du premier ministre, la compétence s’arrime aux valeurs morales et met en valeur la quête d’une ressource humaine de qualité et intègre.

Pour la reconstruction de la Guinée, le comité a compris que des hommes nouveaux, conciliants et unificateurs sont attendus par le peuple guinéen comme dans toutes les stations. Une nouvelle ère s’annonce, elle devra apporter du nouveau à la Guinée pour qu’enfin le peuple sente qu’il est le seul maître à bord et reste la priorité des dirigeants. »

Etienne Soropogui, président de ‘’ Nos Valeurs Communes’’

« Il y avait une nécessité et une urgence que le pays soit, pendant cette parenthèse sous le leadership et la direction de quelqu’un qui a une posture et un regard neutre et impartial pour lui donner une direction morale et éthique claire. Aussi, un CAP nouveau et qui n’agirait pas en fonction ou sous l’influence des pesanteurs et calculs de toutes sortes en vue de corriger certains déséquilibres structurels majeurs.

Mais en même temps les défis auxquels nous sommes confrontés sont assez sérieuses. Nous avons besoin pour les régler d’un consensus national. Ils ne sauraient être réglés par un héros Solitaire. »

Compilation de réactions réalisée par Thierno Souleymane 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :