Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Ces anciens ministres devenus « barons de l’immobilier et des mines à Kankan » (Grand Dossier avec vidéo)

L’enrichissement soudain de certains barons de l’entourage de l’ex président Alpha Condé a certainement contribué à nourrir la suspension sur l’origine de ces grosses fortunes. D’autant que ces pontes du régime sont arrivés aux affaires les poches trouées, pour la plupart.

Le cas de l’ex ministre de la défense Mohamed Diané, ancien professeur à l’Université de Conakry, aux moyens modestes, qui comme par magie s’est subitement transformé en magnat industriel, commercial et agricole en est l’illustration parfaite de cette course à l’enrichissement illicite.

Depuis l’avènement d’Alpha Condé au pouvoir en 2010 jusqu’à sa chute, cet homme très influent, n’a cessé d’occuper des hautes fonctions au sommet de l’Etat.

D’abord de 2010 à 2014 au compte du tout premier gouvernement d’Alpha Condé, piloté par Mohamed Saïd Fofana, il est le tout puissant Directeur de cabinet à la présidence de la république. L’homme par qui tous les dossiers transitent avant d’atterrir sur le somptueux bureau du président.

Comme si cela ne suffisait pas, en 2015, il est bombardé ministre d’Etat chargé de la Défense nationale et des Affaires présidentielles au sein du gouvernement Youla. Avant d’être reconduit depuis 2018 aux mêmes fonctions dans les gouvernements Kassory I et II, jusqu’au 05 septembre 2021, jour de la chute d’Alpha Condé.

D’enseignant chercheur à baron immobilier

Une ascension qui mérite des interrogations. Quand on sait qu’avant l’avènement du RPG, au pouvoir en Guinée, Dr Mohamed Diané était un enseignant chercheur, vivant chichement, privé de salaire dérisoire à cause de sa casquette politique. « Je donnais des cours à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry sans salaire pendant des années », a reconnu l’intéressé lui-même, en marge d’une interview qu’il a accordée aux médias en 2015.

Devenu très puissant et surtout intouchable durant le régime Condé, ses détracteurs le soupçonnent de s’être même taillé le costume de dauphin et héritier du trône d’un chef d’Etat de plus en plus vieillissant.

Une influence et une position dont il a su tirer largement profit, car en seulement 10 ans de gestion publique, les biens très valeureux dont on lui prête la paternité, surtout à Kankan dont il est originaire sont « indéchiffrables ».

« Celui qui dit qu’on connait la liste exhaustive des propriétés de l’ex ministre Diané à Kankan, ne dit pas vrai. Il a un nombre indéfini de parcelles de terre un peu partout et des constructions faramineuses ».

Des villas, des parcelles de terre, une usine et des constructions à tout va …

Si on se fie aux confidences de certains professionnels dans le domaine de l’immobilier et de l’habitat et même de quelques conseillers communaux à Kankan, Dr. Diané a en sa possession plus d’une dizaine de bâtiments dont le plus connu du grand public est un immeuble R+2 se trouvant au quartier Heremakono.

On se souvient que les travaux de finition de ce bâtiment avaient été interrompus en 2017 sur instruction du président par le préfet d’alors Aziz Diop. Du fait de sa proximité du camp de la troisième région militaire Soundiata Keita, qu’il surplombe.

4 ans après, aujourd’hui, on ne sait par quel miracle l’édifice a pu complètement être terminé et en cours d’occupation.

Également au nombre des patrimoines qui appartiendraient à ce cacique du RPG, on note une grande villa située du côté de Senkèfara, dans la commune urbaine de Kankan. Cette somptueuse résidence privée dénommée « la maison blanche » à cause de la couleur de sa peinture fait face à un hôtel, Plaza, un immeuble qui sert de restaurant et de motel en bordure de la route nationale Kankan-Siguiri.

Un homme qui achèterait tout Kankan à travers des personnes écrans

Selon plusieurs de nos sources bien introduites au sein du service local de l’habitat en charge de la régulation des transactions de vente et d’achat des parcelles de terre à Kankan, le ministre Diané a tellement acheté des terres à des prix hors-normes à Kankan, qu’à un moment donné, il ne voulait plus attirer l’attention des gens sur sa personne. Alors « il passait maintenant par d’autres personnes, des personnes qu’il met au devant des transactions, alors que c’est lui qui apporte la manne financière ; le grand immeuble R+ 3 qui sert de centre commercial en face de l’agence locale de EcoBank en plein centre ville de Kankan que gère un riche entrepreneur de la place nommé Kaké, appartiendrait en fait à l’ancien ministre Mohamed Diané », nous a dévoilé un des travailleurs ayant participé à la construction de ce joyaux architectural.

Au-delà de tous ses biens qu’il aurait engrangés au cours de ses 11 ans de service au sommet de l’état, on dénombre aussi une usine d’anacarde à la sortie de la ville sur la nationale Kankan-Conakry et une très grande ferme dans la localité de Batè – Soïla, en passant notamment par de nombreuses sociétés et entreprises écrans gérées par les membres de sa famille et certains proches amis.

Durant sa gestion au ministère de la Défense, certains dénoncent des recrutements massifs de jeunes sur des bases népotiques : « les membres de sa famille entrent dans l’armée sans être soumis à des tests, et se voient accorder de nombreux privilèges au détriment des autres ».

Champion des mines et magnat du transport sur fond de soupçons de favoritisme

La position de Diané au sein de l’administration de l’ex président lui a donné accès à une opportunité de trafic d’influence sans précédent. La société AMR française – une start up sans aucune expérience minière – qui a obtenu une licence d’exploitation de bauxite en 2016 avant de la revendre aurait embauché des personnes liées à l’ancien ministre qui a soutenu la start up dans l’obtention du permis. Dont une des proche de Diané qui apparaît sur une photo de promotion de la compagnie comme étant sa nièce.

Mais c’est dans les contrats publics dans la fourniture de biens et services pour l’armée et le transport du minerai, que Diané aurait bâti un véritable empire logistique. Les marchés gré à gré – octroyés dans une opacité totale – de plusieurs milliards de FG ont toujours été critiqués par les missions du FMI et de la Banque Mondiale. Même le président Alpha Condé se plaindra de ce “copinage” et la surfacturation qui en a découlé. Il est quasi impossible de démêler les transactions qui ont jalonné les 11 ans du pouvoir de l’ancien président. Le jeune frère de Diané devient le gérant des affaires de l’ancien ministre. Son décès porta un grand coup tant émotionnel que commercial à l’ancien ministre.

Dans cet article, il s’agit bien de Mohamed Diané, celui là même qui affirmait à Kankan en 2020 en réponse aux jeunes qui manifestaient pour l’amélioration de la desserte en électricité de la Haute Guinée, qu’à leur temps : « à Kankan, on se servait de la bougie pour réviser les leçons ».

D’autres caciques du régime de Condé se sont “gavés”

Mais Diané n’est pas le seul dans la cité de Nabaya dont la proximité du pouvoir aurait fait la bonne fortune. D’autres caciques du pouvoir déchu ont profité de leur position pour un enrichissement soudain et inexpliqué.

L’ex numéro 2 du gouvernement n’est pas le seul accusé d’enrichissement brusque et notamment de posséder un grand nombre de biens immobiliers dans la région de Kankan.

L’inamovible Général Bouréma Condé, l’ex ministre de l’administration du territoire et de la décentralisationqui fut le « tortionnaire » des militants du RPG en tant qu’administrateur territorial sous le feu Général Lansana Conté, est l’un des cadres qui – selon les critiques – se serait le plus gavé sous l’ère de son adversaire d’antan, Alpha Condé.

Bouréma posséderait à son compte, d’après nos sources, deux immeubles situés côte à côte dont l’un serait encore en construction au quartier Sogbè, non loin du marché du même nom.

En outre, au quartier Mobile, sur la nationale Kankan-Conakry, à gauche du siège de la gendarmerie routière, à 100 mètres environs, se trouverait un autre de ses immeubles en cours de réalisation.

En bordure de cette même route Kankan Conakry, juste à côté du groupe scolaire SOS village d’enfant de Kankan, se trouvent 2 somptueuses villas duplexes juxtaposées.

Après avoir fouiné, nos limiers ont appris que celle d’à gauche serait également au général Bouréma Condé, tandis que celle se trouvant à droite appartiendrait à l’ex ministre des Hydrocarbure Diakaria Koulibaly, qui y était même logé au cours de son dernier séjour à Kankan qui date de quelques mois.

La liste des grands détenteurs de biens immobiliers et notamment de villas duplexes à Kankan, est longue. On retrouve encore d’ autres ex hauts commis de l’Etat dont entre autres, le directeur de l’Agence nationale d’ investissements miniers, appelé communément “Cissé ANAIM” – du nom de la compagnie d’état chargée de gérer les infrastructures de la CBG – tient une forteresse au quartier Missira, l’ancien directeur de campagne d’Alpha Condé et directeur adjoint des impôt Lansana Kakoro, posséderait lui aussi deux grandes résidences, dont une dans la commune urbaine et une autre dans son village d’origine Diankana, situé à quelques dizaine de Kilomètres de Kankan.

Enfin un fait notoire mérite aussi d’être signalé dans cet article. En dépit des 10 ans de gestion publique, aucun de ces hauts commis de l’Etat, n’a la réputation d’avoir investi à Kankan, un seul kopeck de sa fortune amassé dans la construction d’une école, d’un hôpital ou d’un stade où une toute autre infrastructure de base au bénéfice des pauvres citoyens du Nabaya.

A préciser enfin que Guinéenews a cherché à joindre les principales personnes concernées dans ce dossier, en l’occurrence Dr Mohamed Diané et le Général Bourema Condé, pour des soucis d’équilibre. Mais pour le moment, ils sont injoignables.

Une enquête de Guinéenews. La version vidéo de cet article est disponible sur la chaineYoutube de Guinéenews©

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...