Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Cellou Dalein Vs Patrimoine Bâti : la décision de la Justice attendue ce 28 février 

La deuxième audience dans l’affaire qui oppose Cellou Dalein Diallo au CNRD au compte de la récupération des domaines bâtis et non bâtis de l’État s’est tenue ce vendredi 25 février 2022. C’était en présence des avocats du président de l’Union des forces démocratiques de Guinée.

Au sortir de l’audience, Me Paul Yomba Kourouma, l’un des avocats de Cellou Dalein Diallo a déclaré être venu faire empêcher les effets pervers, dégradants dévastateurs d’un courrier à l’endroit d’un autre justiciable. Ce qui, aux yeux de l’avocat, n’est pas un titre exécutoire.

« Ce n’est même pas une décision administrative qui somme M. Cellou Dalein Diallo de quitter sans délai raisonnable de libérer un domicile qu’il a acquis de droit qu’il a habité sous les regards des différents régimes qui se sont succédé de façon publique, paisible, continue et sans équivoque en tant que propriétaire », a dénoncé Me Paul Yomba Kourouma.

Dans le sillage de la propriété, l’orateur a confié que le droit du citoyen a été brimé. Et c’est pourquoi il a déclaré avoir évoqué plusieurs dispositions de la loi qui fondent madame le juge des référés à connaître effectivement cette cause et à constater que l’État lui-même esquive la question que la transition ne doit pas être un biais à la violation des droits et libertés fondamentaux des citoyens.

« Il revient donc au juge d’atténuer la rigueur, la fureur, la violence des autorités et que seul le juge peut, à ce jour, les braver et nous avons demandé au juge de servir de jurisprudence, de rentrer par la grande porte dans l’histoire et que même les générations à venir disent que même sous les armes même braquées, il y a eu un magistrat qui a dit le droit, qui a délivré toute une nation. Et nous n’avons pas manqué de dire que toute l’opinion publique nationale internationale, tous les défenseurs des droits de l’homme, tous les grands juristes avaient les regards rivés sur elle sur la décision à intervenir, afin d’éviter les abus, les excès, de nos nouvelles autorités qui, à notre avis, sont en train de fouler au [sol] tous les travaux effectués par l’ancienne administration, par l’Assemblée nationale, et qui ne servirait en rien d’avoir renversé un régime s’il faut se comporter de la sorte », a-t-il expliqué.

La décision de la Justice est attendue le lundi 28 février 2022, à 8 heures.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :