Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Après la chute d’Alpha Condé : le RPG Arc-en-ciel, de charybde en scylla

L’ancien parti au pouvoir a du mal à sortir du trou dans lequel la chute brutale du régime d’Alpha Condé semble l’avoir plongé. Outre les ardoises que lui réclame Électricité de Guinée (EDG), c’est comme si la fracture était aussi consommée entre une frange de la vieille garde du parti et le groupuscule de jeunes, qui continue de mener un combat d’arrière-garde, pour la libération de son « champion ».

Au RPG Arc-en-ciel, l’éviction du président Alpha Condé du pouvoir pourrait être le signe annonciateur du début d’une longue traversée du désert. Sans vouloir jouer les cassandres, ça tombe toutefois sous les sens que les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le parti, trois mois après la chute abrupte du régime défunt.

Atteints du syndrome du nid vide suite à la « détention » de leur leader charismatique dans un endroit qui leur est inaccessible, les cadres et militants du parti, doivent aussi faire face au psychodrame, né de la mésentente autour de la gestion de la crise post-coup d’état entre la vieille garde et la jeunesse. Le tout, aggravé par l’incapacité du parti à honorer ses factures d’électricité. Preuve que la période des vaches grasses n’est plus qu’un lointain souvenir.

Et qu’il faudra dorénavant se contenter du pain noir, pour les militants qui voudront faire preuve de stoïcisme, durant ces temps de grisaille politique.

Même si à l’allure où vont les choses, le RPG arc-en-ciel pourrait se retrouver avec des rangs clairsemés. Quand on sait que cette formation politique avait sacrifié ses idéaux au profit de l’électoralisme. Faisant un appel d’air à une clientèle opportuniste, venue des partis rivaux et de l’administration publique, pour grossir ses rangs. Puisqu’il y avait à boire et à manger. Maintenant que la gamelle est vide, les rats commencent à quitter le navire.

Certains militants font certes de la résistance. C’est le cas de ce mouvement des jeunes, dénommé Forum national pour la libération du président Alpha Condé « FONAL-PRAC ». Dont les membres, environ une centaine ont, contre vents et marées, battu le macadam le samedi dernier, pour réclamer l’élargissement de leur « champion ».

Une manifestation sporadique, vite dispersée par des tirs de gaz lacrymogène aux abords du siège de l’ancien parti au pouvoir à Conakry. Contre toute attente, cette intervention des forces de sécurité, sera condamnée par le Front national pour la défense de la constitution (FNDC). En lieu et place de la direction du parti qui, il faut le noter a désavoué les manifestants, par la voix de son secrétaire général, Saloum Cissé.

Pour revenir au FNDC, il conviendrait de souligner que le mouvement a pointé du doigt ce qu’il assimile à une démarche liberticide de la part de la junte. Venant de cette structure, qui fut le poil à gratter du président déchu, cette réaction corrosive a suscité divers commentaires au sein de l’opinion. Certaines allant jusqu’à brocarder le FNDC.

En tout état de cause, en ces moments difficiles, le RPG a plus que jamais besoin de soutien. Dans sa descente aux enfers, toute bouée de sauvetage sera la bienvenue. Même celle du FNDC, que l’ancienne majorité présidentielle ne pouvait voir en peinture. Avant le 05 septembre.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...