Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Alertes/des voleuses de téléphones et d’habits à Conakry : voici leurs modes opératoires 

Ce samedi 15 octobre, trois dames sont tombées dans les filets du Commissariat Central de Gbessia, dans la commune de Matoto. Une est accusée de vol de téléphones alors que les deux autres sont accusées de voler des habits dans les boutiques, a t on constaté sur place.

Interrogé, le commissaire central de Gbessia, Zaoro Théa a expliqué leurs modes opératoires : « ces femmes sont en intelligence avec les conducteurs des taxis. Quant une passagère s’embarque,  à mi chemin, le conducteur dira que son véhicule est en panne. Ils se trouvent qu’ils ont expressément condamné une des portières. Pendant que la passagère cherche à descendre, c’est en ce moment que celle qui se trouve à côté soutire le portefeuille ou le téléphone. La première a été mise aux arrêts en possession de quatre téléphones Android et un téléphone simple. Dans le tas, il y a une victime qui a répondu à notre appel et elle a expliqué exactement ce que je viens de vous dire « , a-t-il expliqué.

En ce qui concerne les deux dernières, le Commissaire divisionnaire de police Zaoro Théa dira qu’il s’agit d’un autre système de vol: « elles rentrent dans les boutiques et disent qu’elles sont venues chercher des habits. A l’intérieur, alors que le boutiquier se met  à chercher les bazins, elles profitent pour donner un lot à l’une d’entre elle et qui fuit. Le jeudi passé, elles étaient au nombre de quatre femmes. Elles sont rentrées dans une boutique. Il semblait que le boutiquier était averti. Elles ont pris une importante quantité de bazins qu’elles ont placés entre les cuisses. Inquiet, le boutiquier a suivi leur retour et il a constaté que les démarches des dames ont complètement changé. Le temps pour lui de les suivre, elles se sont précipitées pour aller monter dans le taxi qui a aussitôt bougé. Le boutiquier aussi a pris une moto pour les suivre. Arrivée à l’Aéroport, leur taxi a été bloqué par coup de hasard par un bus. C’est là que le jeune boutiquier a mis main sur une d’entre elles. Une autre a été prise pendant qu’elle se confondait à la foule. Le conducteur du taxi et les autres dames n’ont pas été arrêtés. Ils ont pu s’échapper avec les marchandises volées. »
Par ailleurs, interrogées devant la presse, ces dames mises en cause ont toutes rejeté les charges portées contre elles.
Pour sa part, le boutiquier qui a préféré garder l’anonymat, déclare avoir perdu plus de 40 millions de francs guinéens.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...