Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire 100 milliards: le PDG du groupe Hamana porte de graves accusations contre Abdoulaye Sow et Ecobank

Alors qu’il est en train d’être jugé au TPI de Kaloum pour  »diffamation et injures à magistrats », le Secrétaire général de la Fédération Autonome des Banques, Assurances et Microfinances de Guinée (FESABAG), Abdoulaye Sow se trouve au coeur d’une nouvelle accusation portée contre lui par Mohamed Kourouma, le PDG du groupe Hamana SA. Celui-ci taxe le Secrétaire général de la FESABAG de prendre fait et cause pour Ecobank à son détriment dans le différend qui l’oppose à cette banque. Il estime qu’Abdoulaye Sow est simplement de mauvaise foi pour ne pas admettre la vérité dans ce dossier.
D’après l’opérateur économique, ce différend avec Ecobank remonte à 2016 et porte sur une bagatelle de plus de 100 milliards de francs guinéens qui sont repartis comme suit : « Ecobank a été condamné en premier lieu à plus  53 milliards gnf et à plus de 8 millions usd comme le trop perçu par la Cour d’appel de Conakry. Ce différend résulte des relations d’affaires entre la société Hamana S.A dont je suis le PDG et Ecobank, à la satisfaction de toutes les parties jusqu’en 2016. Ecobank a dit qu’il m’a donné 8 millions usd et moi, j’ai dit que j’ai versé 13 millions usd. Mais, après toutes les vérifications, la Cour d’Appel a condamné Ecobank au paiement de la différence. Aujourd’hui, on nous dit que si on retire toute cette somme, Ecobank ira en faillite. alors que c’est mon propre argent. Je ne suis pas actionnaire dans Ecobank et ce n’est pas une amende contre elle. Il s’agit de mon argent que j’ai versé à Ecobank, dont je réclame le paiement. 
Ce dossier n’est pas le seul que j’ai par rapport aux présumées opérations malsaines de Ecobank. Voilà un reçu de 310 000 usd que j’ai transférés de UBS sur mon compte Ecobank. Après cette opération, quand on a vérifié, on a plus retrouvé les traces de cette transaction. Et quand j’ai demandé des explications, Ecobank m’a répondu qu’elle n’a pas reçu cet argent. C’est ainsi que je me suis tourné vers UBS pour savoir réellement si le transfert a été effectué. C’est en ce moment que cette banque suisse m’a conseiller d’aller à Ecobank et leur demander de faire un écrit à UBS pour dire qu’ils n’ont pas reçu. Chose que Ecobank n’a jamais accepté. Curieusement, quelques temps après, elle m’a rappelé pour me signifier qu’ils l’avaient omis quelque part et que l’argent est effectivement arrivé sur mon compte Ecobank. Tout çà pour dire que Ecobank était animée d’une mauvaise foi. Cela fait plus 5 ans que cette bataille perdure.
Le Secrétaire général de la FESABAG, Abdoulaye Sow n’a rien fait pour résoudre  le problème. Bien au contraire ! M. Sow et Ecobank sont en train de faire du tort à beaucoup de commerçants en Guinée. Il dit qu’il est syndicat mais, il n’a jamais appelé Hamana pour comprendre le problème avec Ecobank. Il y’a de nombreux commerçants dont les étages ont été vendus ici au marché Madina à cause de Ecobank. Mais, c’est Abdoulaye Sow qui est derrière tout ceci. Parce que c’est lui qui est parti voir le président du tribunal en disant que si celui-ci condamne une telle banque,  il fera sortir les gens dans la rue, il va voir ceci, il voir cela… Et  si ce chantage lui réussit, on nous appelle, nous, pour tenter de nous dissuader. Il préfère nous faire perdre, nous ses compatriotes guinéens au profit d’autres… C’est aujourd’hui, il vient dire que les magistrats sont malhonnêtes, corrompus. Nous les clients, nous sommes malhonnêtes parce que Ecobank est condamnée. Mais cette fois-ci, que monsieur Abdoulaye Sow le sache, la vérité, le droit va triompher.  »
Par ailleurs, cet opérateur économique lance un défi au S/G de la FESABAG en ces termes : « la comptabilité qui a été faite sur  ce que Ecobank me doit est là. Je l’invite à venir la prendre et donner à n’importe quel comptable qu’il veut, s’il n’y a pas cette somme, moi j’abandonnerais. Mais, ce dossier est bien clair. Ce que Ecobank m’a donné, a été reconnu et ce que j’ai versé a aussi été reconnu. Maintenant comme lui Sow et Ecobank affirment que les magistrats guinéens sont corrompus, je leur demande d’aller à Abidjan pour juger cette affaire. Une chose reste claire, ils n’iront jamais. Parce que là-bas, il n’y a pas de manifestations, il n’y a pas à corrompre qui que ce soit dans ce pays. « 
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...