GUINEENEWS
Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Viol et assassinat d’une fille à Labé : les présumés auteurs sous les verrous (police) 

C’est désormais officiel ! Toutes les personnes impliquées dans le viol puis l’assassinat de Mariama Bobo Diallo dans la nuit du mercredi à jeudi 26 novembre à Maleya, dans le quartier Daka 2, commune urbaine de Labé, ont finalement été mises aux arrêts. De fil en aiguille, les services de sécurité de Labé ont profité du week-end pour retrouver les présumés auteurs de ce crime qui a choqué plus d’une personne sur place. Finalement, les personnes mises en cause auraient toutes reconnu leur responsabilité, a appris guinéenews de source officielle.

Ousmane Fofana, le commissaire central de la police de Labé revient sur le déroulé des faits : « le jeudi dernier, j’ai reçu un appel du chef de quartier de Daka 2 m’informant de la découverte d’un cadavre derrière la clôture du collège de Maleya. Après avoir informé le procureur qui m’a ordonné l’ouverture d’une enquête, j’ai dépêché une équipe sur le lieu. Effectivement, l’équipe est allée constater et a trouvé un corps enveloppé dans des draps. Toujours sur instruction du procureur parce que ne voyant aucune pièce d’identification sur la victime, on a découvert un peu le corps pour que les voisins tentent de l’identifier. C’est ainsi, qu’une de ses copines nous a confirmés qu’il s’agit du corps de Mariama Bobo Diallo. »

Poursuivant, il précisé : « nous avons transporté le corps à l’hôpital pour des fins d’autopsie. Donc, nous avons commencé à mener nos enquêtes dans le voisinage d’abord. A travers ces enquêtes, nous avons identifié les proches de la victime qui ont été un peu réticents. Mais grâce à la persévérance, on a compris qu’elle avait des copains. La première adresse a permis d’interpeller le premier copain parce qu’on avait déjà le numéro de la fille malgré que son téléphone avait disparu. Donc, on a vérifié le téléphone de ce monsieur et on a compris que les deux ont échangé jusqu’à 21 heures dans la nuit du 25 novembre. Ce dernier, on l’a gardé pour des besoins d’enquête. Au fil du temps, il y a eu des citoyens anonymes qui nous ont appelés pour nous signaler qu’il y a un bâtiment au niveau de Maleya dans lequel des jeunes douteux vivent. Vendredi matin à 6 heures, j’ai dépêché une équipe et on les a tous interpellés. Avec leurs téléphones, on n’a retrouvé aucun numéro appartenant à la défunte. Mais, on les a gardés. Entre-temps, c’est-à-dire samedi, on a appris avec les proches de cette victime, qu’elle vivait aussi avec un monsieur communément appelé TYGA mais ils ne connaissent pas son vrai nom et son adresse. Toujours, le même jour, c’est-à-dire le samedi, j’ai insisté auprès des proches. J’ai demandé est-ce qu’on peut avoir la photo de ce monsieur-là ? Effectivement, ils ont déposé la photo. Avec la collaboration de la police communale on a réussi à localiser le jeune qui est tapissier à la Mairie où on l’a interpellé finalement… C’est ainsi, qu’il a, au cours des enquêtes, reconnu les faits. Il a cité un complice du nom de Youssouf Diallo qui fait le taxi-moto. Pour mettre aux arrêts celui-ci, on a tendu un piège à travers un rendez-vous près du gouvernorat. C’est là, ce taxi-motard a été interpellé… Effectivement, la défunte a été tuée par un pistolet de fabrication artisanale de calibre 12 que nous avons réussi à saisir sur ce taxi-motard. Ce dernier se promenait avec cette arme. »

La nouvelle de ces interpellations a poussé la population, déjà sous le choc, à attaquer la maison des présumés violeurs. « La nuit à une heure tardive, j’ai reçu un appel pour me dire qu’il y a des gens qui veulent venir sortir les détenus là pour faire je ne sais quoi. Donc, moi j’ai pris mes dispositions pour leur sécurisation. C’est par après que j’ai su que des gens sont venus incendier la chambre où la fille a été tuée. Le matin très tôt, j’ai envoyé une équipe de constat sur le terrain. Malheureusement, on y a trouvé personne », a témoigne le commissaire Ousmane Fofana.

Selon nos informations, les principaux suspects de ce crime sont Thierno Mamoudou Diallo, âgé de 16 ans et Youssouf Diallo, taxi-motard qui a, lui, 18 ans. Ils auraient tous reconnu avoir d’abord violée puis assassiner la victime.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More