Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Vie chère à Mamou : quand les populations végètent dans la galère

Actuellement en Guinée, le temps est plus dur. A Mamou, c’est la souffrance. Chacun pleure « rien ne marche!  » La rédaction locale de Guinéenews a interrogé quelques citoyens pour comprendre comment ils traversent cette période de galère.
Oumar Diogo, est vendeur de bétail, souligne « actuellement, nous vendons le bétail à perte. Dans les marchés hebdomadaires, l’année dernière, un bœuf qui coûtait 3 millions est actuellement vendu à 2 millions de francs. Les bouchers en ville l’achètent avec nous moins cher aussi à 1 million 800 mille. Ils soutiennent que la viande ne s’achète pas à la boucherie« .
Alhassane Sow enseignant dénonce la mise à la retraite massive des fonctionnaires :  » tout le monde pleure, car la monnaie est introuvable. Beaucoup de fonctionnaires ont été amenés à la retraite et il n’y a pas eu un nouveau recrutement donc il y a moins de salariés et les salaires n’ont pas été augmentés pendant ce temps les prix des produits au marché sont à la hausse. Voilà tout le problème « .
Thierno Ibrahima, lui, accusé le gel des comptes : « C’est l’État qui a créé cette crise.  Aujourd’hui, plusieurs comptes bancaires des ONG sont bloqués. Ces ONG employaient plusieurs personnes qui sont sans salaire actuellement« .
Mody Oury indique que « c’est l’augmentation du prix du carburant qui a entraîné la hausse des prix. Si pendant ce temps, l’État n’augmente pas les salaires, les fonctionnaires vont s’appauvrir. Donc le commerce va subir les conséquences car il y a moins d’acheteurs« .
Malgré cette situation, certains concessionnaires décident d’augmenter le tarif de la location des appartements à usage d’habitation et les magasins de vente.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...