Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Université de Kindia : Transport et location, un vrai casse-tête pour les étudiants

Trouver un logement pour un étudiant au centre ville de Kindia n’est pas difficile comme on le croit. Mais, avoir le prix du transport ou le moyen de transport pour rallier l’université est un véritable casse-tête.

Voilà une situation qui amène certains étudiants à s’approcher du campus universitaire pour réduire le coût du transport qui est de dix mille francs guinéens de la ville à l’université.

Mais en s’approchant du temple du savoir, un autre problème se pose aux étudiants et non des moindres. Il s’agit du coût élevé de la location pour les étudiants. Les propriétaires des bâtiments à proximité de l’université ont procédé à une hausse de la location pour diverses raisons, a-t-on appris..

Selon nos informations, une chambre comportant une douche interne se négocie aujourd’hui entre 135 000 et 150 000 GNF au lieu de 100 000 auparavant. Tandis qu’une chambre sans douche est à 80 000 GNF avec une exigence du payement intégral de l’année universitaire.

Au regard de cette situation, la vie des étudiants à Kindia semble difficile. Car, au-delà de cette augmentation du prix de la location, il y a celui du transport.

A cet effet, Marcelline Loua, étudiante témoigne : “L’année dernière, j’étais logée chez mon oncle en ville. Je fais la comptabilité. Nous venons presque tous les jours à l’université. Je payais chaque jour 5 000 GNF quand le carburant était à 9000 GNF.

Maintenant que le prix du litre du carburant à la pompe est de 10 000 GNF, les conducteurs de taxi moto ont augmenté le prix du transport. Au lieu de 5 000 GNF, nous payons désormais 7 000 à 8 000 GNF. Imaginez que vous payez 16 000 GNF tous les jours, c’est insupportable pour les étudiants issus des familles pauvres. C’est pourquoi j’ai décidé de m’approcher ici.

Là aussi, arrivée, ils nous disent que la location a augmenté. J’ai fait le calcul. Ce que je dépense comme transport, je préfère donner comme location. Mais voilà une autre inquiétude. Les locataires nous demandent de payer l’année intégrale.

Donc, nous demandons aux concessionnaires de nous aider pour que nous puissions payer chaque fin de mois sinon ça va être très compliqué pour nous qui venons de très loin.

Nous demandons à l’État de nous aider, nous faisons dès fois jusqu’à trois mois sans recevoir nos bourses d’entretien”, témoigne cette étudiante.

Rencontré, Souleymane Kaba, gestionnaire d’un centre d’habitation non loin de l’Université précise : <<Les étudiants ont bien raison lorsqu’ils disent que la location a grimpé, cela n’est pas aussi de notre faute. C’est le pouvoir d’achat qui est faible.

Les matériels sur le marché sont chers, alors que nous faisons cela aussi pour tiré profil, parce que avant tout c’est devenu une entreprise pour nous.

Il y a aussi des avantages. Quand tu loges ici à peine 10 minutes de marche, tu es déjà en classe. Moi, je pense que il faut payer 80 000 GNF ou 135 000 GNF dans le mois que de continuer à payer le transport chaque jour. C’est très coûteux. 

L’autre aspect est que quand les étudiants se plaignent que nous leur demandons de payer intégralement l’année, je pense que cela n’existait pas avant. Mais, c’est la mauvaise foi de certains étudiants qui nous font peur. Nous exigeons le payement intégral, c’est pour éviter qu’ils fuient avec l’argent de la location.

Si non avant c’était par mois. Mais dès que les vacances approchent, tu vois l’intéressé transféré ses bagages petit à petit chez un ami. Un jour tu viens trouver que la chambre est fermée et tu as peur de défoncer au risque d’être traité de voleur. Toi, le gestionnaire tu as un compte à rendre.”

Il faut rappeler qu’avec ce calvaire, seuls quelques uns qui ont des appuis financiers peuvent tenir.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...