Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

UFDG : face aux « calomnies », Cellou Dalein fait une demande à ses militants 

Sous Alpha Condé, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a été le parti qui s’est le plus opposé au régime, payant de facto un lourd tribut. Il est alors accusé par ses détracteurs d’être un parti violent, voire extrémiste. Mais Cellou Dalein Diallo, ce parti était plutôt victime de la violence d’État.

« On a dit qu’on est violents. Mais on était victime de la violence. Tout le monde le sait. Mais à force de répéter, avec les moyens de l’État, beaucoup de Guinéens ont été induits en erreur sur l’UFDG et ses ambitions », a-t-il déclaré ce 13 novembre 2021 à  l’assemblée générale virtuelle de son parti. Il se dit soulagé de savoir que certains ont compris que tout cela n’est que calomnie: « Aujourd’hui nous sommes fiers que les gens ont eu le temps de réfléchir et de regarder. Ceux qui viennent aujourd’hui adhérer à l’UFDG, parce qu’ils ont quand même analysé nos discours et nos actes, sont rendus compte que la campagne qui a été menée pour discréditer, diffamer l’UFDG et son président était une campagne fausse. C’était pour les besoins de la politique. »

Suite aux vagues d’adhésions au parti depuis la chute d’Alpha Condé, Cellou Dalein affirme que les campagnes de déstabilisation de l’UFDG ont repris: « Merci pour ceux qui viennent. Bien entendu, ça suscite la jalousie et nous sommes habitués, heureusement, à la calomnie, à la médisance, aux critiques subjectives. On va jusqu’à vouloir nous opposer au CNRD. Même lorsqu’un leader dit quelque chose qui paraît maladroit, on dit que c’est un proche de Cellou Dalein. On [nous] attribue des propos qui n’ont jamais été tenus. On a dit que j’ai dit à Bruxelles qu’avant c’est Alpha notre ennemi, mais que désormais c’est le colonel Doumbouya. Je n’ai jamais dit ça, je ne peux pas dire ça. S’il y a quelqu’un qui a salué le courage, l’audace du colonel Doumbouya et ses équipes, je suis en tête pour les féliciter, d’abord parce qu’il a libéré la Guinée, puis l’UFDG […]. Mais il faut que les gens, face à la jalousie, à la haine, trouvent les moyens de nous opposer à ceux qui détiennent la force. »
Malgré tout cela, il demande à ses militants de rester sereins: « Je demande aux militants de rester calmes et sereins. Lorsque nous prenons une position, nous l’assumons. »
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...