Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Tribulations de l’opposition : du pain bénit pour Mamadou Sylla

Profiter des tribulations d’une opposition en pleine traversée du désert, pour piocher dans son  vivier, telle semble être la tâche dévolue au nouveau chef de file, Mamadou Sylla. Ce faux nez du parti au pouvoir  joue  bien son rôle de cheval de Troie, dans la manœuvre  de débauchage d’opposants en quête de  gamelle.

C’est en fin manœuvrier de la politique, qu’il vient ainsi de   réussir un  mercato  politique digne d’un orfèvre, en s’adjugeant en un tour de main,  Amadou Oury Bah, Dr Faya Millimono et Fodé Bangoura.

Quatre  figures  politiques, sans grande assise  certes, mais qui ont tout de même du bagout et de la niaque. Raison de plus pour Mamadou Sylla de s’enorgueillir de ce trophée de chasse. Quand on sait qu’en devenant des membres à part entière du cabinet du chef de file,  Bah Oury et Dr Faya Millimono, pour ne citer que ces deux empêcheurs de tourner en rond, devront sursoir à leurs critiques acerbes vis-à-vis d’un régime  qu’ils ont longtemps  éreinté.

Ils devront  se résoudre à nager entre deux eaux, s’ils veulent tirer leurs marrons du feu. Ce, à la grande satisfaction  de  Mamadou Sylla, rompu dans l’opportunisme politique et la compromission. Dont l’objectif serait de parasiter l’opposition en la réduisant à sa plus petite expression. Une caricature qui ne serait pas loin de la réalité. Quand on suit l’ascension de l’homme de Dixinn-Bora.

Ses réflexes d’homme d’affaires, sachant user de contorsions quand il le faut,  lui permettent en effet de trouver ses marques dans ce système de prébendes. Lui, qui est en train de se refaire une santé, après avoir connu des périodes de basses eaux.

Le nouveau chef de l’opposition guinéenne en parfait chef d’entreprise, sait que tout travail mérite salaire. Mais pour toucher au pactole de 500 millions de francs guinéens le mois, il doit mouiller la chemise. En se coltinant s’il le faut la tâche de débauchage d’opposants. Et en restant dans le rang. Cela s’appelle s’opposer autrement. Personne d’autre que lui ne maîtrise mieux cette leçon que Sylla, qui lui-même a été le premier à prendre les devants  pour  distiller la formule au gré de ses sorties médiatiques. Histoire de marquer les esprits.

Ceux qui trouvent que  Bah Oury et Faya Millimono détonnent au sein du cabinet du chef de file, qu’ils se ravisent. Car en politique on est fidèle qu’à soi même. Des judas il y en a eu, et il y en aura toujours. Quitte à finir en  tricards de la politique.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir