Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Traque des fêtards violant le couvre-feu : neuf personnes interpellées à Conakry

Neuf personnes ont été interpellées au quartier Kakimbo, dans la commune de Ratoma par les agents du commissariat central de ladite municipalité. Elles ont été présentées à la presse ce vendredi 20 août. Selon le directeur central de la liberté publique et par ailleurs porte-parole de la police nationale, le Contrôleur général de police, elles sont accusées pour ‘’attroupement illégal et menace à la santé publique.’’

Boubacar Kassé a déploré le fait que ces individus se soient regroupés malgré le couvre-feu en organisant des fêtes nocturnes dans les lieux privés. « Ils ont été interpellés avec leurs instruments de musique. Toute de suite après leur présentation, ils seront transférés au compte du parquet près le Tribunal de Première Instance (TPI) de Dixinn pour ‘’attroupement illégal et menace de la santé de la population. »

Sur les circonstances de leur interpellation, le porte-parole de la police explique : « ils ont été arrêtés à Kakimbo, dans la commune de Ratoma avec un arsenal de chaîne musicale qui dérangeait le sommeil du voisinage. Comme ils n’ont plus l’opportunité d’aller dans les boîtes de nuit, ils préfèrent se regrouper désormais dans les domiciles privés faire comme s’ils étaient dans les night-clubs pour organiser les surprises parties tout en mettant en danger la santé de leurs concitoyens… »

Poursuivant, le général Kassé prévient : « à ce jour, nous sommes confrontés à une troisième vague caractérisée par de nombreux variants dont le plus contagieux est Delta. C’est pourquoi les autorités à tous les niveaux ont eu à prendre des dispositions sécuritaires et sanitaires allant dans le sens de la protection de la santé de la population. Parmi ces dispositions, il y a le couvre-feu. Il a été allégé à un moment puis renforcé de 22 heures à 4 heures du matin pour amener les responsables à tous les niveaux à faire face à la protection de la santé de la population. Malgré les sensibilisations, nous avons eu à interpeller quelques tenanciers des bars, des maquis, des boîtes de nuit et des restaurants qui se sont évertués à braver l’interdiction. Parmi eux, 30 étaient porteurs de la maladie Covid-19. En rapport avec le ministère de la Justice et Garde des Sceaux, nous avons désormais l’autorisation d’interpeller les clients. Nous invitons la population à plus de retenue et d’engagement pour faire front commun face à cette maladie qui n’épargne personne. A partir de 22 heures, il ne doit y avoir aucun mouvement dans les quartiers. »

Interrogé, un des accusés, Michael Alhassane Batchily a reconnu les faits et a présenté ses excuses. « Nous avons organisé un anniversaire de 15 heures à 20 heures. La police a débarqué à 22 heures alors que nous n’étions pas en mouvement. Ce que nous avons fait n’est pas bon. C’est la loi, nous demandons pardon, nous ne pouvons rien. Nous nous excusons pour ce qui s’est passé et nous demandons l’indulgence des autorités. Notre fête a pris fin à 20 heures parce que nous savions que le couvre-feu courait de 22 heures à 4 heures », a-t-il plaidé.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :