Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Transport : La route Labé – Sénégal bloquée au niveau des 23 kilomètres non bitumés de Sita

Étant l’une des plus grandes routes internationales que compte la république de Guinée, l’axe Labé – Sénégal via Koundara reste et demeure un enfer pour les usagers. Cela, à cause seulement de 23 kilomètres de route non bitumés depuis plus d’une décennie entre les sous-préfectures de Thiaguel Bori et Kombat. 23 kilomètres qui donnent du fil à retordre aux transporteurs qui passent une semaine voire  aux alentours du mont Sita, a appris Guinéenews.
Fraîchement rentré d’un voyage, Maitre Abdourahmane Diallo, chauffeur raconte.  « On a fait une semaine à Sita car on est arrivé là-bas depuis le vendredi 17 septembre 2022 et c’est hier samedi qu’on est arrivé à Labé. Donc, une semaine complète avec des difficultés inexplicables. Il faut le vivre pour le croire car c’est juste incroyable. Pas de route, pas de nourriture, pas d’eau. Les gens sont bloqués dans les deux sens car des véhicules se renversent n’importe comment tandis que la grande majorité s’embourbent avec des scènes de patinage horribles. C’est dans ça que la route se bloque complètement et c’est tout le monde qui attend. A ce stade, personne ne trouve le passage même les motos », explique-t-il.
Locataire et transporteur à la fois, Abdoulaye Diallo renchérit : « ce qui se passe cette année à Sita est inédit car c’est la première fois que la route se coupe complètement et qu’il n’y ait aucune solution même pour les motards. C’est un calvaire total entre Kombat et Thiaguel Bori. Ce sont les usagers qui se débrouillent entre eux pour trouver des solutions de rechange. Par exemple, cette fois-ci, il a fallu qu’on aille payer 2 000 000GNF (deux millions GNF) à un chauffeur de Thiaguel Bori pour qu’il vienne nous tirer », entame-t-il.
Et de poursuivre : « très souvent aussi, on cotise pour acheter des chargements de blocs pour  déverser dans la boue. Un seul chargement de bloc coûte actuellement 1 100 000 GNF (un million cent mille GNF) sur le site. C’est ce qu’on utilise sans compter qu’on paie la main d’œuvre aux riverains qui nous aident avec leur matériel à placer les blocs, afin de se frayer un chemin », ajoute Diallo Abdoulaye.
Le syndicat des transporteurs de Labé reconnaît et assiste impuissant à cette scène. « La route était complètement dégradée en saison sèche et maintenant c’est le pire en hivernage, parce que vous savez qu’avec les pluies intenses, les eaux de ruissellement ont fini d’envahir la terre et il ne reste que des cailloux. Donc la route est très mauvaise. Parfois, vous trouvez des camions en panne au niveau des petites côtes et ça bloque le passage sans compter la boue », reconnaît Maitre Mamadou Tanou Nadhel Diallo, le secrétaire général du syndicat des transports et mécanique général CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée) Labé.
Maitre Abdourahmane Diallo a fini par solliciter l’accompagnement de l’Etat pour mettre fin à cet enfer. « Nous sollicitons l’accompagnement du gouvernement car c’est seulement le gouvernement qui pourrait faire face à ce problème. Il faut signaler que c’est seulement 23 kilomètres qui sont à l’origine de toute cette situation », déclare-t-il.
Il faut signaler que toutes les annonces de bitumage de ce tronçon de 23 kilomètres de route par l’Etat guinéen n’ont jamais abouti. La dernière en date est celle du ministre Ousmane Gaoual. Mais force est de reconnaître que cela peine à se concrétiser. Ce, alors que c’est l’unique point noir de la route Labé – Sénégal.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...