Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Transition : Makalé Camara réagit à l’appel au dialogue du Premier ministre 

À quelques jours de la marche « pacifique et citoyenne » programmée par Front national pour la défense de la Constitution, le Premier ministre, chef du gouvernement a annoncé ce lundi 20 juin l’ouverture d’un cadre de dialogue  « sans tabou, franc et inclusif avec une contribution de la CEDEAO, de l’union africaine et des Nations-Unies ».

Une actualité à laquelle la présidente du parti Front pour l’alliance nationale (Fan) a été amenée à réagir dans l’émission les Grandes Gueules de la radio Espace FM ce mardi 21 juin.

D’entrée, Makalé Camara s’est montré toujours favorable à l’accalmie et à la paix sociale en Guinée, en ce sens qu’on ne peut rien construire sans elles.

Poursuivant, l’ancienne ministre des Affaires étrangères réalise que cette volonté du Premier ministre Mohamed Béavogui rencontre parfaitement le desiderata des politiques. « Et si les paroles concordent aux actes, je pense que tout le monde devrait venir autour de la table pour un dialogue », a-t-elle exprimé.

Quid de la durée de la transition 

Au sortir d’un premier cadre de concertation quoique boudé par les principales formations politiques d’opposition, le gouvernement, à travers le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, a donné 39 mois comme durée de la transition. Un délai entériné par le président de la transition, avant d’être revu par le CNT à 36 mois.

A ce propos, l’invitée des Grandes Gueules a déclaré ne pas se reconnaître dans cette proposition, malgré qu’ayant pris part, à travers sa coalition, à ce cadre de concertation.

« Je ne me reconnais pas dans cette durée. Parce que ma coalition, le Collectif pour une transition démocratique, a proposé 24 mois, à partir du 5 septembre. Donc, personnellement et collectivement, je ne me reconnais pas dans ce délai. Mais je pense que ce sont les négociations qui vont dépanner tout ça. Il faut y être », estime l’ancien ministre de la Promotion,  mais également de l’Agriculture sous le Général Lansana Conté.

En attendant que ce cadre de concertation prenne place, Makalé Camara révèle que ce sont des énoncés qui sont donnés, avec des volontés exprimées. « Mais ce cadre n’a pas eu cours. Et c’est en étant autour de la table de concertation ou de dialogue qu’on peut influencer le cours des choses. Il ne faudrait pas qu’on ait des a priori, qu’on ne soit pas là et qu’on se dise si on était là, voilà comment ça aurait pu se passer. Il faut être là et savoir le contenu réel », a-t-elle émis comme avis.

Au cours du précédent cadre de concertation tenu au Palais Mohamed V, la présidente de la plateforme La Guinéenne en politique (Lgp) confie que rien ne s’y est passé. « Parce que le gouvernement a dit  » ‘nous allons nous battre pour qu’il y ait l’inclusion, pour que nous puissions envoyer les autres. Ça a pris un certain temps (…) ».

« Maintenant que le Premier ministre reconnaît qu’il faut que tout le monde vienne, maintenant qu’ils veulent donner un contenu, nous devons y prendre part. Et ma position est qu’en étant autour de la table de concertation, c’est là où on peut influencer le cours des choses. Il faut permettre le dialogue. Il faut permettre la consultation. Il faut favoriser l’écoute », conclut Makalé Camara.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :