Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Transition : Dr Yayi Boni à l’épreuve du chaudron guinéen (Editorial)

Le médiateur désigné au chevet de la Guinée, par le sommet des chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), Dr Thomas Yayi Boni a entamé son office dans la soirée de ce mardi à Conakry. Cette mission de bons offices, confiée à l’ancien président béninois s’annonce sous de mauvais auspices, dans un contexte de tension marqué par l’absence au pays des ténors de la classe politique, en froid avec la junte.

Désigné lors du dernier sommet des chefs d’État de la région, qui s’est tenu le 3 juillet dernier à Accra, la capitale ghanéenne, Dr Thomas Yayi Boni devra faire prévaloir ses talents de médiateur, en vue de rabibocher les parties prenantes au processus de transition. L’ancien président béninois qui fait une plongée en terra incognita, a dû prendre des conseils auprès d’Alassane Dramane Ouattara de la Côte d’Ivoire. Pour une mise en condition, qui s’est poursuivie du côté de Bissau, chez Umaro Sissoco Embaló, président en exercice de la Cédéao. Ce dernier est d’ailleurs attendu dans notre capitale, dans les prochaines heures, où il viendra en renfort pour appuyer cette délégation de l’organisation régionale. En compagnie du nouveau président de la commission de la Cédéao, le Gambien Omar Alieu Touray. Tout comme le médiateur, l’ancien chef de la diplomatie gambienne, désigné en remplacement de Jean-Claude Kassi Brou, le dossier guinéen constitue une sorte d’épreuve du feu pour Omar Alieu Touray.

L’objectif de cette médiation est d’arracher aux parties antagonistes un modus vivendi, assorti d’un chronogramme consensuel. Quand on sait que les 36 mois, proposés comme durée de la transition ont été rejetés par une frange non négligeable des forces vives. L’autre pomme de discorde entre les autorités de la transition et la classe politique porte sur la croisade anti-corruption lancée de but en blanc par la junte. Les acteurs politiques voient dans cette opération, un cheval de Troie dont le but serait de les écarter de la course à la présidentielle.

À lire aussi

C’est dans cette ambiance à couper au couteau que la mission de la Cédéao fait son entrée en piste. Pendant que les deux têtes de gondole des forces vives se trouvent hors de la Guinée. Cellou et Sidya dont il s’agit, n’étant pas en odeur de sainteté avec la junte, qu’ils avaient pourtant auréolé de gloire à la faveur du putsch du 5 septembre. La lune de miel n’aura malheureusement pas fait long feu. L’autre acteur majeur du landerneau, qu’est le Fndc, a aussi maille à partir avec le pouvoir militaire. Comme pour dire que le médiateur a du pain sur la planche.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...