Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Télécoms: le DG de l’ARPT parle des réformes du secteur et taxe les multinationales de cupides

Le Directeur Général de l’Autorité des Postes et Télécommunications, Yacouba Cissé,  a animé une conférence de presse ce jeudi 29 juillet 2021. La rencontre a eu lieu au siège de l’institution, sis à Koloma. L’objectif  était d’expliquer aux Guinéens les réformes initiées par la nouvelle Direction depuis sa mise en place en juillet 2020.

A l’entame de la conférence, Yacouba Cissé a expliqué les réformes engagées dont entre le décret  de mars 2021 relatif au partage d’infrastructures et à l’interconnexion des Réseaux et services des télécommunications; celui aussi relatif  portant sur les Transactions Électroniques en République de Guinée; et celui portant sur les Fréquences radioélectriques.

A ceux-ci, il est revenu aussi sur les arrêtés  de février 2021, de juillet 2021 portant respectivement sur l’ouverture de l’accès des codes USSD en République de Guinée et sur la tarification des frais, Droits et Redevances relatifs à la fourniture des produits et services de télécommunications et Portes  et celui relatif à la Redevance d’Interconnexion des opérateurs des télécommunications en République de Guinée.

Le Directeur général de l’ARPT se dit surpris de l’attitude des opérateurs de téléphonie mobile par rapport aux réformes engagées : « Il y a un arrêté qui fait actuellement beaucoup de tollé  dans la presse et au niveau international. C’est l’arrêté que le ministre des Télécoms a signé et a envoyé à l’ARPT pour application. Nous sommes surpris du comportement de certaines multinationales qui veulent soumettre la Guinée. […] Sur le trafic national composé du trafic inter réseau et trafic intra réseau, le ministre voulait appliquer le tarif qu’il a trouvé en place. Les gens faisaient un trafic inter réseaux à 30 GNF par minute. Il a dégraissé de 10 GNF ce trafic. Il s’agit de la réduction de 10 GNF sur le trafic OFF NET qui passe de 30 GNF à 20 GNF par minute et l’instauration de la redevance sur le trafic ON NET de 20 GNF par minute.  On a même été jusqu’à nous convoquer au GSMA, le congrès mondial des réseaux mobiles qui se tient chaque année à Barcelone. La délégation guinéenne, après avoir écouté, GSMA a dit qu’ils n’avaient pas raison. Car ils se sont basés sur des études en excluant les structures de l’Etat guinéen (ARPT, impôts, DNI, BCRG, Douane, MPTEN). Les 20 francs de l’arrêté ne sont pas une surtaxe, mais plutôt une redevance.  On est en train d’instrumentaliser l’opinion publique. »

S’adressant aux journalistes sur la nouvelle tarification, le Directeur de l’ARPT  a indiqué que “les nouvelles dispositions n’auront pas d’impact sur la politique tarifaire en vigueur en République de Guinée”.

En ce qui concerne l’équilibre du marché télécom, il a souligné que le partage des infrastructures  aide tous les opérateurs afin de favoriser leur installation et améliorer la qualité des services fournis. Cependant, regrette M. Cissé, l’Etat guinéen a enfanté un éléphant qui est en train d’écraser la Guinée : « Aujourd’hui, avec l’absence de notre opérateur national, on a enfanté un éléphant qui est en train d’écraser la Guinée.  On ne peut pas accepter cela. »

Sur la transition électronique, le Directeur de l’ARPT a apporté des précisions pour rappeler aux uns et aux autres que toute activité qui génère de revenus doit rapporter à l’Etat et que cela est valable pour tous les pays.

Sans langue de bois, M. Yacouba Cissé a martelé que “nous sommes en train d’assister au pillage de notre pays par des multinationales qui rapatrient énormément des devises à l’extérieur”.

Évoquant l’identification de tous les clients  par les opérateurs, il a été catégorique : « Il faut que tous les clients soient identifiés  pour éviter la fraude sur les appels internationaux. Cette décision sur l’identification des abonnés est devenue aujourd’hui une obligation comme dans le monde. Dans tous les pays organisés, quand vous voulez avoir une carte SIM, si vous ne sortez pas votre passeport, vous ne pouvez pas l’avoir. On doit savoir qui utilise ce numéro. Les opérateurs, comme dans le passé, ont toujours continué à faire du n’importe quoi dans notre pays. Ils vendent des cartes SIM aux fraudeurs qui prennent tout notre trafic international illégalement. L’identification permettra d’arrêter non seulement les malversations financières, mais aussi d’arrêter le banditisme. »

Répondant aux accusations des opérateurs  de téléphonie et de GSMA, le Directeur Général de l’ARPT a déclaré qu’ « il n’y a aucune augmentation sur les tarifs d’appels. Il n’y a pas de surtaxe mais une redevance. Par le passé, nous avons commis des erreurs. Mais l’Etat étant une continuité, nous l’acceptons. »

Au cours de son intervention, il a fait savoir qu’il y a deux opérateurs qui opèrent illégalement en Guinée, mais que l’Etat ne les a pas chassés par souci de préserver les emplois.

S’agissant du retrait des bonus, M. Cissé a précisé que « ceci est une stratégie commerciale pour stimuler la vente pour les uns et pour les autres, c’est pour survivre. »

S’agissant de la 4 G, Yacouba Cissé déclare que son ambition de permettre aux fournisseurs d’accès internet (FAI), de pouvoir accéder au marché et que les utilisateurs puissent choisir entre le réseau mobile 4G et le réseau fixe 4G : « Les opérateurs de fournisseurs d’accès internet qui sont aujourd’hui au nombre de cinq n’arrivent pas à entrer dans le marché. L’ARPT veut que l’utilisateur guinéen ait la possibilité de choisir entre le réseau mobile 4G et le réseau fixe 4G, comme enlever les opérateurs FAI sur le régime de licence. Car la licence globale peut être élevée à des centaines de millions de dollars. Ils n’ont pas la possibilité de souscrire à cela. Nous sommes en train de les migrer vers le régime d’autorisation qui leur permettra d’augmenter le nombre de de demandeurs de FAI qui est aujourd’hui une quinzaine des entrepreneurs guinéens qui se sont manifestés dans le but de participer à l’effort de développement numérique de notre pays. Ils veulent aller dans cette activité. Nous allons faire en sorte que le marché soit équilibré. »

Ouverture des comptes USSD

L’ouverture des comptes USSD, souligne le Directeur général de l’ARPT, va permettre aux investisseurs guinéens de bénéficier de la technologie et de partager avec les multinationales le marché des finances mobiles : « Avant, les opérateurs de la téléphonie mobile s’accaparaient de cette activité et refusait systématiquement que d’autres acteurs profitent de cette technologie pour faire des activités économiques dans notre pays. Ce code étant libre, un investisseur guinéen qui a envie de se lancer dans les finances mobiles, peut avoir accès à ce code et faire ses activités. L’opérateur téléphonique est obligé puisqu’il y a un arrêté qui est là, la loi suit derrière, d’accepter de coopérer et de partager le marché. Le marché guinéen est monopolisé par les opérateurs. Et malheureusement pour nous, notre opérateur historique ne vit plus. Nous sommes en train de regarder les multinationales piller notre pays et rapatrier ailleurs. Nous ne pouvons pas accepter cela. »

Plus loin, il soutient que l’Etat guinéen n’a rien dans les transactions effectuées à partir du mobile money : « Le décret sur les transactions financières, vous savez tous comme moi que le mobile money est utilisé par près de 40% des Guinéens. Mais aujourd’hui, l’Etat ne reçoit aucun franc sur cette activité. Or, depuis 2016, les opérateurs ont commencé à faire cette activité financière. »

Yacouba Cissé insiste sur le fait que l’objectif des réformes est d’améliorer les ressources publiques internes qui est au cœur de l’action gouvernementale en sécurisant les recettes et en élargissant la base des redevances collectées dans tous les secteurs  aux segments de marchés non encore identifiés. Car, dit-il, à travers les différentes réformes, l’ARPT apportera de manière efficace et en toute transparence sa contribution au développement du secteur des télécommunications/Tics en Guinée.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...