Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Symposium Mines Guinée : le Col Doumbouya préside le lancement des activités à Conakry

 Le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya a présidé ce mardi 15 novembre au palais du peuple de Conakry, au lancement de la 7ème édition du Symposium Mines Guinée. Ce plus grand événement ouest-africain dans l´industrie minière, sous le thème : «Optimiser l’industrie minière pour catalyser le développement socio-économique de la Guinée» est organisé par le ministère des Mines et de la Géologie en partenariat avec Ametrade.
En effet, l’événement a connu la participation de personnalités  les plus influentes de l’industrie extractive en provenance de plusieurs pays du monde.
Dans son  discours de circonstance, Kagbè Touré, directeur général de la SOGUIPAMI a rappelé que le Symposium Mines Guinée est une plate-forme de concertation ouverte aux professionnels du secteur minier national et international avec pour objectif  d’échanger sur les problématiques du secteur.
 » Pendant ces trois jours, nous développerons ensemble des sujets relatifs à la nouvelle vision du CNRD, des pistes de solutions pour une transition énergétique et un développement minier sans carbone sera examiné, les enjeux de transformation du potentiel bauxitique guinéen en allumine et en aluminium sur le territoire guinéen seront analysés, la nouvelle politique du contenu local  élément indispensable pour un encrage optimisé des mines dans l’économie nationale sera expliquée (…) », a-t-il expliqué.
 
D’après lui, plus de 900 participants nationaux et internationaux, une centaine de stands d’exposition de nos sociétés minières, des organismes d’Etat et d’autres fournisseurs sont présents à  ce Symposium Mines Guinée pour démontrer l’attractivité de notre pays et la vivacité de notre industrie minière.
Prenant la parole, le président de la Chambre des Mines de  (CMG), Ismaël Diakité a fait savoir que la forte résilience dont a fait preuve l’économie guinéene face à la pendemie Covid-19, les actes posés par les nouvelles autorités dès leurs premières heures de la prise du pouvoir jusqu’aujourd’hui, en particulier en faveur des opérateurs et des investisseurs miniers en activité, constituent les motifs suffisants pour rejoindre notre pays et être rétabli dans un cadre hospitalité.
Dans son discours d’ouverture des travaux, le ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba a déclaré que depuis l’avènement du CNRD au pouvoir, le secteur minier est placé dans un partenariat gagnant-gagnant.
Poursuivant son intervention, il a indiqué que le Symposium Mines Guinée est le plus grand évènement minier de la sous-région ouest-africaine et le 2ème en Afrique car, a-t-il précisé, il rassemble plus de 3 000 investisseurs miniers venus de partout dans le monde.
« C’est un espace d’échanges d’expériences par l’animation des panels de haut niveau, de rencontre B2B, la prospection de nouvelles opportunités d’investissement et de nouveaux projets« , a-t-il souligné.
Dans la même logique, il a fait remarquer que la Guinée dispose d’un sous-sol riche et varié qui reste encore méconnu car peu ou sous-exploré.  « Les principales substances minérales connues pour lesquelles des licences minières existent, ce sont la Bauxite (2/3 des réserves mondiales) le minerai de fer avec une qualité exceptionnelle (plus de 65% comme teneur pour la production de l’acier vert), l’Or (environs 83 tonnes par ans, statistique d’exportation 2020 2021) », a-t-il cité.
Dans le cadre du traitement des dossiers pour l’obtention des permis miniers, le ministre Magassouba a affirmé qu’un dispositif de digitalisation du Cadastre Minier, à travers le concours de la Banque Mondiale (BM), a été mis en place par son département à travers le Centre de Promotion et de Dev Minier (CPDM) afin d’assurer la célérité des décisions. « Cette année, la Guinée compte exporter environ 90 millions de tonnes. A un prix moyen normal de $35/t, ceci rapporterait au moyen $3 milliards; Pour une part de l’État de 15% consacrée dans le code Minier, la Guinée devrait encaisser $1.5 milliards sans compter les impôts. Mais en réalité, la Guinée n’encaissera pas plus de $650 millions. Ceci rappelle une conscience collective pour nous tous », a-t-il conclu 
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...