Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Sécurité routière : six morts dans cinq accidents survenus la semaine dernière (Police)

Il arrive que dans un espace de temps ou de lieu donné, des pics d’accidents soient enregistrés par les services de police. Une telle situation qui survient de manière épisodique, pour ne pas dire rarissime, est due à des raisons diverses dont la plus évidente est la multiplication des infractions au code de la route. On en obtient une illustration parfaite à travers les comportements inqualifiables dont se rendent coupables certains usagers.

A un moment donné sur la route, les conducteurs et les piétons peuvent commettre chacun, une erreur, une faute, une imprudence ou une négligence. C’est quand l’un de ces éléments ou plusieurs à la fois, s’imbriquent les uns avec les autres, que survient l’accident.

Au micro de l’émission ’’Prudence sur la Route’’ de la RTG, le Directeur Central adjoint de la Police Routière a annoncé que pour la seule semaine écoulée, ses services ont enregistré cinq cas d’accidents qui ont coûté la vie à six personnes. Ce triste bilan a été enregistré à Conakry et à Beyla.

A Conakry, c’est d’abord au commissariat de la routière de Sonfonia où trois accidents ont provoqué la mort de trois personnes. Le premier cas résulte d’une collision entre une auto et une moto. Le second, c’est une auto qui a heurté un piéton. Quant au troisième, c’est un taxi qui a percuté l’arrière d’un camion en stationnement.

A Kobaya, ce sont deux personnes à moto qui ont péri quand leur engin est entré en collision avec une automobile.

A Beyla, c’est une femme transportée à moto qui a trouvé la mort dans des circonstances très particulières. Un pan de son foulard ou de son voile (la précision n’a pas été donnée) qui lui couvrait le cou s’est pris entre les rayons de la moto en marche. La torsion exercée sur le textile l’a tirée subitement vers l’arrière avant de la projeter à terre. La moto lui a roulé dessus.

Si ce n’est à la suite d’une guerre, d’une calamité naturelle ou d’une pandémie, on n’entend jamais annoncer un tel chiffre de morts en si peu de temps.

Pour le lieutenant-colonel Sékou 2 Touré, devant un tel bilan enregistré en seulement une semaine, il y a lieu de se ressaisir et redoubler de prudence. Il précise que dans aucun de ces cas évoqués, il n’a été question de hasard, de destin ou de fatalité. C’est toujours un comportement humain qui a été retenu comme élément causal.

Il a saisi l’occasion pour dire, au nom du nouveau Directeur Central, le contrôleur général de police Thierno Sanou Diallo, que la nouvelle équipe à la tête de la police routière nationale est déterminée à tout mettre en œuvre pour améliorer la circulation et réduire les accidents.

Pour atteindre ces objectifs, elle entend d’abord agir à l’interne pour davantage motiver et mobiliser les personnels, renforcer leurs capacités opérationnelles.

Parallèlement à cela, la Direction Centrale veillera toujours au renforcement de la prévention routière qui constitue le socle pour tout succès acquis ou ambitionné dans le domaine.

Et, bien entendu, rien de tout cela ne se fera sans le concours déterminant des usagers de la route qui sont au début et à la fin de tout le processus.

C’est avant tout pour eux, que l’Etat met en œuvre tous les moyens nécessaires à la réussite de sa politique de protection des personnes et de leurs biens.

Tout ce qu’on leur demande en retour, c’est de jouer leur partition en s’investissant pleinement dans le respect strict du code de la route et dans le soutien effectif à l’action constante des agents de la police routière qui ne sont là que pour eux, pour les servir.

Nul doute que c’est l’une des voies par lesquelles, la victoire contre les accidents sera assurée. Croyons-le et agissons!

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...