Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Santé : Mamadou Pethé Diallo met en garde les propriétaires des cliniques illégales

Pour faire face à la problématique de soins de santé dans les structures sanitaires guinéennes, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a annoncé la dotation de nouveaux équipements à l’hôpital national Donka et la construction de plusieurs infrastructures sanitaires dans le pays. Ce pour répondre, dit-il « aux déficits d’équipements sanitaires » dont les populations ont besoin.
A travers une conférence de presse tenue ce lundi 8 novembre 2022 au siège du porte-parolat du gouvernement, Mamadou Pethè Diallo a profité de l’occasion pour expliquer ces déficits d’équipements dans les structures sanitaires. Ainsi, il a annoncé la construction de (8) huit nouveaux centres d’hémodialyse dans les régions du pays.
« Désormais les personnes souffrantes d’insuffisance rénale seront prises de façon gratuite. Le président de la transition a instruit la construction de 8 centres hospitaliers du pays pour qu’un patient de Faranah ne se déplace pas pour Conakry pour ses soins. La construction de ces centres régionaux durera 7 à 8 mois, en plu des contrats de construction de 15 nouveaux centres de santé. Tout ça, c’est pour lutter contre les cliniques illégales« , annonce-t-il.
A propos des cliniques illégales et la vente des médicaments par « des non professionnels de la santé« , Mamadou Pethè Diallo menace: « Dans la lutte contre les pratiques illégales, nous allons continuer à rechercher les dépôts clandestins, les saisir et procéder à l’incinération. Nous allons aussi identifier les importateurs de médicaments et continuer à éduquer les populations afin d’éviter ces pratiques.
Sur les vendeurs de médicaments à des prix qui ne sont pas raisonnables, nous allons tenter de les faire revenir sur la raison en leur expliquant qu’ils peuvent gagner leur vie facilement avec la vente des médicaments. Au cas où ils ne respecteront pas les différentes instructions, il reviendra à l’Etat de faire recours à la loi« .
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...