Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Salambandé/Mali : une fusillade entre chasseurs lors d’une battue fait trois blessés

C’est une partie de chasse qui a failli tourner au drame à Coyah dans la commune rurale de Salambandé (préfecture de Mali) où une fusillade entre chasseurs à fait au moins trois blessés. L’incident s’est produit au cours d’une partie de chasse collective organisée par le village dans l’objectif de repousser des animaux sauvages qui seraient à la base de plusieurs dégâts dans la localité a appris la rédaction régionale de Guinéenews basée à Labé.

La battue en question a été organisée début juin par les villageois pour traquer des animaux sauvages. Sauf que l’opération s’est vite transformée en véritable chasse à l’homme comme l’explique ici Ibrahima Sory Diallo, le maire de Salambandé. « C’est effectif, la battue a été organisée le 1er juin dernier et trois personnes ont été blessées par balles. Vous savez, les animaux sauvages ont causé beaucoup de dégâts dans les champs et les plantations. Donc, les villageois de Coyah ont décidé de riposter à travers une battue. Maintenant c’est à la fin de l’opération qu’ils se sont tirés dessus et on a enregistré trois blessés par balles. C’est ce qui est à la base de tous les problèmes qui sont aujourd’hui à Salambandé », entame le maire.

A l’hôpital régional de Labé où les blessés ont été admis, le diagnostic du docteur Diallo Abdourahmane du service de la traumatologie est clair : « nous avons reçu trois blessés par balle. Le premier s’appelle Manga Diouma Camara âgé de 55 ans, il avait été reçu pour une plaie punctiforme de la cuisse droite par arme à feu. Le second s’appelle Alpha Oumar Diallo âgé de 42 ans et c’était aussi pour une plaie punctiforme par arme à feu. Et le dernier, Bangaly Camara et lui c’est pour un traumatisme crânien sans perte de connaissance plus plaie traumatique du cou », affirme t-il.

Ayant miraculeusement échappé à une arrestation mardi soir, le maire de Salambandé explique la chasse à l’homme organisée ces dernières heures dans sa collectivité par sa tutelle rapprochée. « Hier (mercredi), ils sont venus arrêter trois personnes. Je devais même être arrêté avec ces deux personnes de Coyah selon les informations parce qu’aux dernières nouvelles, le président du district de Coyah et ses chefs secteurs ont tous disparu. Actuellement, c’est ce qui nous inquiète le plus. Hier c’est seulement deux personnes qui ont été arrêtées », soutient Ibrahima Sory Diallo, le maire de Salambandé.

Interrogé ce mercredi matin, Lieutenant Moussa Camara le sous-préfet de Salambandé a carrément rejeté notre demande. C’est chez son homologue de la sous-préfecture de Dougountouny, Mamadou Aliou Diallo que notre curiosité a été soulagée. « Il y a eu des arrestations, en tout cas les gens de la commune rurale et ceux du district de Coyah semblent traqués par ce qu’ils sont tout le temps convoqués chez le préfet ou à la gendarmerie. Et la situation actuelle est très regrettable et c’est même dommage car il y a même le président du district de Coyah qui a fui. Il n’a pas pu tenir parce que quand on réclame des montants de 45 000 000 GNF, les paysans ne peuvent pas trouver ça », déplore cet autre.

Aux dernières nouvelles, le président du district de Coyah et son équipe restent toujours introuvables. Et toutes nos tentatives d’avoir le préfet de Mali ont été vaines.

A suivre !

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :