Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Risques consécutifs à la pénurie de carburant : de mauvais exemples affichés ainsi que de fortes probabilités d’incendie provoqués

La crise de carburant que nous avons connu ces derniers jours est en train de se résorber. Le navire qui transporte le carburant a déjà accosté et les stations ont commencé à être servies. Cet épisode de crise aura néanmoins fait courir aux populations bien des risques dans les quartiers et mis à jour des situations, à la limite de la vilénie.

Nonobstant la gravité de la situation intervenue et dont nous n’insistons pas pour situer l’origine, cela relève d’un tout autre domaine, le comportement attendu de certains citoyens en cette période d’exception aura pêché, du point de vue du civisme auquel on devait s’attendre de leur part. Les exemples pour étayer le sujet sont légion et forts illustratifs.

Chez certains citoyens, c’est le manque de scrupules qui saute aux yeux. L’appétit du gain et la boulimie du profit, leur font perdre toute limite et toute dignité.  Ils n’hésitent devant rien pour engranger des bénéfices. Ce sont des profiteurs de ‘’guerre’’ avérés, des businessmans ou womans de la crise. Ils se constituent en réseaux pour amasser toujours plus, sur le dos des autres qu’ils grugent, sans retenue. C’est ainsi que l’on voit naître toutes sortes de trafics. Des grossistes stockent de grandes quantités de carburant provenant de fournisseurs situés à des niveaux élevés de l’échelle de la distribution. Ce sont, en général, des personnes insoupçonnables, de prime abord, qui évoluent dans la sphère du monde pétrolier. Ils sont en mesure de disposer de carburant, de par leur statut de gestionnaires, ou d’opérateurs dans le système. Le trafic, le vol, le détournement, la corruption et l’enrichissement illicite sont encore incrustés dans les gènes de beaucoup de nos compatriotes. Il suffit que le pays connaisse une situation quelque peu exceptionnelle pour ne pas dire difficile ou grave, pour que ces mauvais penchants ressurgissent aussitôt. Et les déviances de se manifester au grand jour. Avec tous les préjudices que cette situation génère, en distillant un mauvais exemple au sein de notre société.

Un autre aspect, non moins grave que celui-là, s’ajoute au lot de mauvais exemples que nous réprouvons. Un citoyen qui a requis l’anonymat, nous le raconte ici. D’après lui, il a voulu trouver de l’essence pendant la crise, pour faire une course urgente dans sa voiture. Devant l’impossibilité qu’il avait de s’en procurer à la station, des amis lui ont suggéré de jeter son dévolu sur le marché noir. Ce qu’il a fait, sans grande conviction. On l’a orienté vers un revendeur qui n’était autre qu’une femme se trouvant quelque part à Kaloum.

Deux surprises l’y attendaient. D’abord quand son interlocutrice lui annonce, l’air de rien, que le litre est à 50 000 GNF. Rien que cela !

Mais le comble a été atteint, aux dires de notre interlocuteur, quand la femme a voulu le servir. C’est à ce moment qu’il aperçut, dans un entrez-coucher qui semblait tenir lieu de magasin, un stock important de bidons, entreposés les uns sur les autres et tous pleins d’essence. La dame n’a pas hésité à s’emparer de l’un d’entre eux pour lui vendre les cinq litres qu’il voulait. Elle s’est servie d’un raccord pour aspirer le produit et le transvaser dans des bouteilles, jusqu’à concurrence de la quantité demandée.

Quand il a voulu savoir pourquoi elle n’utilisait pas un petit bidon pour éviter ce long transvasement par bouteille, elle répondit que son enfant qui l’assistait dans la vente, est allé livrer un client.

Pour notre interlocuteur, pareille situation dont tout le monde semble s’accommoder, du moins dans l’entourage immédiat, est potentiellement dangereuse. Il suffit d’un rien pour qu’un incendie se déclenche. Et, en pareil cas, on peut facilement imaginer les conséquences qui peuvent en découler, pour la vendeuse d’abord, pour son habitation et sa famille, mais aussi, pour les voisins et le quartier.

Et quand, pareil exemple essaime sur la ville, alors, on peut dire que le danger est réel et grand ! Nous ne devons pas laisser s’installer de pareilles habitudes chez nous. Il y va de la préservation de nos bonnes mœurs  et de notre sécurité.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...