Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Revue de presse: réouverture de la frontière Guinée-Sénéga, corruption sur l’axe Conakry-Abidjan…

A la Une des hebdos de la semaine du 5 au 12 juillet, l’accord militaire entre la Guinée et le Sénégal et la réouverture de la frontière entre les deux pays, la corruption sur l’axe Conakry-Abidjan…

« Axe Cona-cris-Abidjan, les flics rançonnent les usagers de la route », barre Le Lynx à sa Une. Le satirique indique qu’avec le Covid-19, la frontière guinéo-ivoirienne est officiellement fermée aux voyageurs. Sauf que c’est une occasion pour les agents de sécurité de rançonner à souhait ceux qui tentent l’aventure. Sur la dizaine de villes à traverser sur l’axe Abidjan-Conakry, « on y trouve : douane, police, eaux et forêts, section anti-drogue, agent de santé. Chacun son tarif : Douane, 10000 à 20 000 FCFA ; Eaux et forêts, 500 FCFA ; police, 1000 FCFA », détaille le convoyeur ivoirien Ali Touré, cité par l’hebdomadaire. Le journal indique que les syndicats de transporteurs, embarrassés, tentent des solutions désespérées. Ils restent surtout impuissants devant la corruption. Le journal note aussi le silence coupable des autorités politiques et l’inefficacité des sociétés civiles.

« Gouverner autrement/Le Prési Alpha Grimpeur insiste », titre aussi le Le Lynx pour qui le Grimpeur se rend à l’évidence que son fameux concept « Gouverner autrement » peine à intégrer le système. « Après son insistance de la semaine dernière, le Prési Alpha Grimpeur exige encore et encore le respect et l’application du concept. C’était lors du Conseil des ministres du 1er juillet à Cona-cris. Selon le compte rendu du Conseil introduit par Amara Somparé, le ministre de l’info et de la com., Alpha Grimpeur a rappelé à l’ensemble de son équipe le caractère ‘’ irréversible ‘’ de son programme ‘’ Gouverner autrement ‘’ », écrit le journal.

« Guinée-Sénégal : Accord militaire, réouverture de la frontière/ La balle dans le camp de Dakar », barre à sa Une La Lance. L’hebdomadaire signale que deux semaines après qu’il a été signé à Accra, en marge du sommet des chefs d’Etat et de gouvernements de la Cedeao, l’Accord de coopération militaire et technique entre la Guinée et le Sénégal a été ratifié, le dimanche 4 juillet, par l’Assemblée nationale. Désormais, indique La Lance, la réouverture de la frontière guinéo-sénégalaise, fermée depuis septembre 2020, dépend de la diligence avec laquelle le Parlement sénégalais emboitera le pas à son homologue guinéen. L’Accord défendu à l’Assemblée nationale par le ministre de la Défense, Mohamed Diané, prévoit l’organisation de patrouilles mixtes le long de la frontière guinéo-sénégalaise, l’interdiction faites aux deux parties de servir de base arrière pour déstabiliser l’autre. Le tout sur fond de lutte contre « la montée en puissance du terrorisme, de l’extrémisme violent et de la criminalité transfrontalière »…

Autre titre de La Lance : « Prisonniers politiques/ Damaro Camara en faveur d’une grâce présidentielle ». Pour l’hebdomadaire, c’est une demande pour le moins surprenante que vient de faire Amadou Damaro Camara, le président de l’Assemblée nationale, en marge de la clôture de la session unique de la neuvième législature. Celui-ci a sollicité auprès du Chef de l’Etat une remise totale des peines en faveur des responsables et militants de l’opposition qui croupissent dans les différentes maisons d’arrêts du pays et qui ont déjà fait objet de condamnation…

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...