Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Revue de presse: l’indemnisation des victimes du 28 septembre, la diplomatie « sous-marine » d’Alpha Condé…

Cette semaine, les journaux guinéens ont traité différents sujets de l’actualité.  Entre autres, l’indemnisation des victimes des événements du 28 septembre, le procès sur ces événements, le dialogue inclusif.

« Dialogue ou séminaire ? », s’interroge Le National. Le bi-mensuel d’information générale et d’analyse rappelle que les poids lourds de l’échiquier politique guinéen ont préféré bouder cette rencontre (le dialogue) sous prétexte que leurs revendications n’ont pas été prises en compte. Et pourtant, souligne Le National, ce sont ces coalitions politiques qui constituent la crème de la politique nationale. Évoluer sans celles-ci signifierait l’enterrement immédiat de l’accord de l’accord inclusif. Chose que balaie du revers de la main la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)… « Comment peut-on ne pas accorder de crédit à la réaction de l’organe sous régional quand on sait que cela est une vérité implacable ? Ce sont des partis politiques de bas calibre et sans assise politique significative qui prennent part à ce que nous n’hésitons pas de qualifier de séminaire. Recevant des cours et injonctions sans en apporter la moindre contradiction, ces interlocuteurs du CNRD se contentent de se retrouver autour d’une table sous de tableaux de groupe pour lire et adopter les propositions de la junte. Exactement comme cela se fait pendant les séminaires et ateliers de formation », écrit Le National. Et de poursuivre : « loin du principe fondamental d’un dialogue franc et sincère, ce jeu auquel se livre la junte au pouvoir ne peut guère amener les guinéens entente débouchant sur la paix. Les calculs politiciens entretenus par un camp ne peuvent en aucun cas arranger les choses… »

Dans son numéro 1600, Le Lynx revient sur le procès en cours des évènements du 28 septembre et s’interroge à sa Une : « Un crime sans coupable ? ».  Jusque-là, souligne l’hebdomadaire satirique, le procès du 28 septembre 2009 est marqué par le déni, la fuite en avant, l’omerta…

Sur le même procès, La Lance revient sur le récit de Moussa Dadis CAMARA et souligne à sa Une que l’ancien président de transition dénonce « un complot à trois niveaux ».  La Lance rapporte que Dadis qualifie de complot la tuerie au stade du 28 septembre. Un complot « savamment orchestré » contre sa personne en vue de l’écarter du pouvoir. Il accuse les ex-présidents Sékouba Konaté et Alpha Condé d’en être les artisans, et Toumba, leur exécutant.

Le Démocrate, lui, s’intéresse aux victimes et titre qu’aux moins 13 milliards GNF ont été mobilisés pour indemniser les victimes. Le journal rapporte des propos du ministre tenus chez Djoma médias. L’annonce a été faite par le ministre de la Justice, Charles Wright, au cours d’une intervention chez Djoma médias. Selon le ministre, la Guinée a droit à un fonds spécial d’indemnisation des victimes du massacre du 28 septembre 2009 alloué par la Cour pénale internationale (CPI).

Dans la presse internationale, AfricaIntelligence s’intéresse à « la diplomatie sous-marine d’Alpha Condé ». Le satirique écrit que depuis son exil turc, l’ex-président guinéen maintient un contact actif avec plusieurs chefs d’Etat africains. Outre ses alliés traditionnels sur le continent, il a également renoué avec son adversaire d’hier, le Bissau-Guinéen Umaro Sossoco Embalo.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...