GUINEENEWS
Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Revue de presse : l’affaire 200 milliards et la gouvernance Condé

« Gou-berner autrement ! », barre à sa une Le Lynx qui écrit : « Alpha Grimpeur veut rompre avec son changement d’il y a dix ans : obligation de déclaration des biens, adoption d’un code de conduite pour les agents publics…Sauf que l’impunité persiste.» Le satirique consacre deux pages à la volonté (exprimée) du Président Alpha Condé de gouverner autrement et à l’affaire de détournement de 200 milliards GNF que le journal considère comme « une occasion en or pour le chef de l’Etat de prouver que ce n’est pas comme les autres effets d’annonce et promesses qu’il avait l’habitude de jeter aux figures des Guinéens.»

Sur cette affaire, le satirique écrit : « Nos confrères de Guinéenews.org ont révélé un présumé détournement de plus de 200 milliards de francs glissants impliquant la ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Zénab Nabaya Dramé, qui est entrée au gouvernement lors du remaniement de l’équipe du PM, le Cas-sorry Fofana. Soupçonnée, selon l’article de Guinéenews.org, de s’arroger ces milliards depuis plusieurs années. Ce festin qui aurait été décelé par une commission ad hoc mise en place par la présidence de la République, aurait commencé quand celle qui a fait office de directrice adjointe de campagne du candidat Alpha Condé, occupait le poste de directrice administrative et financier (DAF) du ministère de la Santé où 100 milliards de francs guinéens se seraient volatilisés. 56 milliards n’auraient pas été retrouvés après son passage comme DAF au département de l’Agriculture. Sans parler de la quarantaine de milliards destinés aux examens de l’année dernière, et qui n’auraient pas été dépensés en entier…»

 « Le goubernement à fond derrière Zénab », intertitre Le Lynx qui écrit que l’équipe du Cas-Sory n’est pas prête de lâcher la mise en cause. « Malgré les menaces du gouvernement, les responsables du quotidien électronique ne tremblent pas. Amadou Tham Camara, un des responsables, explique que l’article concerné ne souffre d’aucune incohérence : ‘’ il s’agit des faits extrêmement précis, le gouvernement peut se défendre d’un communiqué par solidarité, mais les faits sont têtus.’’

 « L’Alpha nouveau à l’heure du Nabayagate », c’est l’autre titre du satirique sur l’affaire. « Il faut continuer de rebondir ‘’ gouverner autrement ‘’ du Président Alpha Condé. C’est avec plaisir qu’il faut lui rappeler ce qu’en pense Léopold Sédar Senghor qui recommande de ‘’ gouverner sans faiblesse coupable ni cruauté inutile ‘’.  Oui, monsieur Alpha Condé, il faut gouverner sans faiblesse coupable, c’est-à-dire en faisant respecter le droit, en ne protégeant pas les délinquants, les prédateurs… », écrit Le Lynx.

« Nabayagate/ L’autre parfum de l’affaire Djénab Dramé », titre pour sa part La Lance, qui a publié cette semaine des documents sur LSA-Corporate, ainsi que « le siège » de cette entreprise unipersonnelle qui appartiendrait à la même Djénab Dramé. « La tempête de détournement de 200 milliards de francs guinéens dont la ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, fait l’objet à présent risque de n’emporter que les naïfs qui y ont cru. Les premiers démentis sont venus des supposées victimes, les gardiens du temple,  l’Etat dont la première réaction aura été l’appel pressant adressé à la HAC pour l’encourager à la fermer aux médias indélicats qui dérangent des ministres dans leur gestion incontrôlée. L’Etat sait parfaitement ce qu’il fait, ce qu’il a à faire. N’a-t-il pas nommé 518 DAF d’un coup pour faciliter la distribution de l’argent du pays ? », écrit La Lance. 

Un peu plus loin, l’hebdomadaire poursuit : « en attendant, il serait de bon ton que Mme Djenab Dramé, sans acharnement aucun, explique aux Guinéens comment elle a pu concilier ses fonctions de PDG d’une société installée en France, et ses occupations de DAF au ministère guinéen de la Santé, situé naturellement à Conakry. Peut-être avait-elle beaucoup de temps et un peu d’argent, mais en juin 2019, Mme Nabaya Djenab Dramé a bel et bien créé une société, LSA-Corporate, installée au 20, rue de l’Harmonie, Vauréal, Pontoise, dans la banlieue parisienne.

LSA-Corporate est une société unipersonnelle enregistrée au registre de commerce Pontoise sous Pontoise A851769414. Elle s’occupe entre autres, de vente en gros, import-export, de parfums de classe… Dotée d’un siège aussi imposant, l’on aurait dû s’attendre au succès tous azimuts de LA-Corporate .Que nenni ! Il paraît qu’elle est radiée du RCS le 15-10-2019. Dommage ! Sinon, regardez le siège ! LSA-Corporate n’est pas à l’étroit ! »

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More