Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Rétro-Sports 2022 en Guinée : entre déroute, désillusion et crises

Même si on a pu noter quelques coups d’éclat en guise de lots de consolation avec l’équipe nationale féminine de handball, qui s’est illustrée positivement lors de la Coupe du président qui s’est déroulée à Dakar au Sénégal, ou encore la qualification de SLAC pour la BAL 2023, les différentes disciplines sportives guinéennes en 2022 pourraient globalement être résumées en trois mots à savoir : déroute, désillusion et crises.

Tout a commencé en janvier 2022 avec la prestation médiocre du Syli à la CAN 2021, organisée au Cameroun. La prestation de l’équipe nationale sénior de football se sera résumée à un match nul contre le Sénégal. Le pays qui raflera in fine le trophée. C’est ce match qui aura ressuscité l’emballement des Guinéens autour de leur équipe nationale. Avant ce nul, la préparation du Syli (avec surtout une défaite contre l’équipe locale du Rwanda) avait laissé de nombreux supporteurs guinéens perplexes. La victoire sans contenu de jeu contre le Malawi (le 10 janvier) avait plutôt conforté le pessimisme des fans du cuir rond, quant à l’avenir en pointillé de leur équipe dans la compétition.

Un pessimisme confirmé par la défaite contre le Zimbabwe, avant que la défaite inattendue contre la Gambie ne vienne intensifier les critiques contre Kaba Diawara. Malgré tout, l’ancien joueur de Nice et consultant de Canal+ est choisi en avril 2021 par le Comité de normalisation pour diriger l’équipe nationale. Depuis son retour, son bilan en match officiel se résume à une défaite et une victoire, lors de matches joués dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2023 en Côte d’Ivoire.

Le Syli A étant décevant, les yeux étaient tournés vers le Syli local. Réclamé par une partie du public, le retour du sélectionneur Lappé Bangoura, en juillet n’aura pas suffi pour empêcher la revanche des Sénégalais qui étaient prêts à n’importe quel sacrifice pour aller cette fois-ci au CHAN.

Même les U20, n’ont pas pu se qualifier à la CAN de leur catégorie. Il en est de même des équipes féminines de football. Il ne reste plus que l’équipe U-23 qui a bénéficié d’un forfait de l’Ouganda pour se hisser directement au dernier tour des éliminatoires.

Toujours en foot, on peut aussi noter qu’en 2022, aucune autre équipe à part le Horoya n’a réussi à se qualifier à la phase finale des compétitions africaines.

L’amère désillusion sur l’organisation de la CAN 2025…

Sport populaire en Guinée, le football bénéficie de nombreux avantages par rapport aux autres disciplines. Même s’il ne rapporte rien en termes de résultats probants. D’ailleurs, les performances du Syli national sont parfois considérées comme un indicateur de réussite du ministre des Sports. Sans rien obtenir des équipes nationales, Lansana Béa Diallo et le CNRD misaient sur l’organisation de la CAN 2025. Mais, c’était sans compter sur l’intransigeance de la Confédération africaine de football (CAF). Le 30 septembre 2022, Motsepe, président de la CAF se rend en personne à Conakry pour annoncer le retrait de la CAN 2025 à la Guinée. Le problème était surtout qu’à trois ans de l’évènement, la Guinée n’avait aucun stade répondant aux règles de la CAF et de la FIFA. Refroidies par la CAF, les autorités de la transition, qui ont hérité du projet de l’ancien régime, ont quand même promis de livrer les stades en 2025…

Beaucoup de fédérations, pour zéro trophée…

En mars 2022, le ministère en charge des Sports remettait des arrêtés portant délégation de pouvoir à quatre nouvelles fédérations sportives. Il s’agit de la Fédération guinéenne de pelote basque ; la Fédération guinéenne de Muay-thaï ; la Fédération guinéenne de randonnée pédestre et du bien-être pour tous et la Fédération guinéenne de Sambo. Celles-ci venaient porter à 40 le nombre de fédérations sportives actives en Guinée. Sauf qu’aucune de ces 40 fédérations n’a rapporté un trophée à la Guinée en 2022 – hormis la Coupe du président remportée par l’équipe nationale féminine de handball.

Des fédérations en crise

En revanche, la plupart des fédérations phares ont été minées par des crises intestines, tout le long de l’année 2022. A commencer par le football où la normalisation risque de prendre plus de temps que prévu. Le Comité de normalisation (CONOR) ayant vu son mandat prorogé jusqu’en avril 2023. La décision de la FIFA est certes mal passée chez certains membres statutaires, mais ils ont fini par avaler la pilule. Cependant, la décision du CONOR en août 2022 de révoquer le bureau exécutif de la Ligue Guinéenne de Football Professionnel a eu des conséquences sur la reprise du championnat…

Au basketball, le vrai faux bicéphalisme continue d’avoir des répercussions sur l’équipe nationale et les clubs. Des crises internes sont aussi constatées au niveau du handball, au sein des fédérations de boxe et du volley-ball. La preuve que l’année 2022 fut une année sombre pour le sport guinéen.

Tokpanan DORÉ et Mamadou Saliou Diallo

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...