Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Retour d’Amadou Diaby à la Féguifoot : Amadou Tham Camara apporte des précisions

Invité de l’Emission les Grandes Gueules de la radio Espace Fm, le président de la Commission d’Ethique est revenu sur le dossier du vice-président de la Fédération guinéenne de football (Feguifoot), Amadou Diaby.  Amadou Tham Camara en répondant aux questions des journalistes, a expliqué les raisons de la levée de la sanction contre le vice-président de la Féguifoot.

GG : Qu’est-ce qui ne va pas à l’interne, on constate qu’il y a un malaise au sein de la commission d’Ethique parce qu’on a appris hier que deux des cadres ont été suspendus par vous ?

Amadou Tham Camara : Oui c’est aussi simple et pour comprendre cela, on n’a même pas besoin de faire des études de droit. Une commission d’éthique est un organe juridictionnel qui fonctionne comme un tribunal. Au sein de ce tribunal, il y a un président en l’occurrence moi, des juges d’instruction, le doyen des juges d’instruction, et le procureur.

Pour prendre une décision, le président du tribunal n’a pas besoin d’être en harmonie avec le procureur ou le juge d’instruction. Il tranche l’affaire et c’est terminé. Donc dans un dossier, nous ne sommes pas obligés d’être d’accord sur tout. C’est le cas en l’espèce. Maintenant, s’ils ne sont pas d’accord avec ma décision, ils doivent relever appel devant la commission de recours qui malheureusement n’existe pas. Donc, ils doivent aller au TAS (Tribunal arbitral des Sports). Ce n’est pas d’aller se réunir sous des manguiers faire des pétitions qui est la solution. Vous avez vu ça dans quel tribunal ? C’est tout à fait illégal.

GG : Nous avons écouté la version de l’un des membres qui a été suspendu. Selon lui, l’article 29 serait mal interprété.

Amadou Tham Camara : Mal exploité, l’article 29 est écrit en français. Il est dit que dans telle et telle matière, le président de la commission d’Ethique peut statuer seul. C’est ce qui est écrit. Je ne sais pas combien de fois il faut l’expliquer en français plus facile encore.

GG : Monsieur le président, vous venez de dire quelque chose qui est important. N’est-ce pas une forme de dictature. N’avez-vous pas l’impression d’être juge et partie dans cette histoire ?

Amadou Tham Camara : Il s’agit d’une décision qui nous a été renvoyée. L’affaire nous a été renvoyée, mais il nous été demandé de trancher en tenant compte de certaines conditions. Le TAS a posé certains préalables, rejugez cette affaire mais voici les conditions : première condition, mettre en place une commission de recours, et deuxième condition, il s’agit de tout faire pour interroger Monsieur Dembélé.  Ces conditions n’ont pas pu être remplies, pas par la faute de Monsieur Diaby mais par la faute de la Fédération Guinéenne de Football qui, pour le cas d’espèce, devrait convoquer une assemblée générale extraordinaire pour mettre en place une commission de recours. Cela n’a pas été fait. Donc cela n’est pas de sa faute s’il doit rester puni éternellement.

GG : La Fédération est bien au courant qu’elle devrait mettre de manière rapide cette commission de recours pour permettre à la procédure d’aller jusqu’au bout ?

Amadou Tham Camara : Mais absolument ! Depuis le 13 août 2020, la décision  du TAS a été notifiée à la Fédération. Donc, ça fait huit mois maintenant que la Fédération a cette décision.

GG : Comment expliquez-vous quand même que ça fait huit mois la Fédération n’ait pas décidé de mettre en place cette commission de recours ?

Amadou Tham Camara : la mise en place de la commission de recours n’est du ressort de la commission d’Ethique. C’est le comité exécutif qui propose les membres à l’assemblée générale. Donc ce n’est pas de notre ressort, cette question vous devrez la poser aux membres du bureau exécutif.

GG : C’est ce que je dis ! Je dis comment comprenez-vous le fait que cette commission n’ait pas pu être mise en place parce qu’on a eu suffisamment de temps pour le faire ?

Amadou Tham Camara : Je ne la comprends pas. C’est pourquoi en désespoir de cause, il faut constater le fait que l’absence de cette commission continuait à causer un préjudice à Monsieur Diaby qu’il convenait de réparer.

GG : Parlant de ce jugement M. Tham, est-ce que le fait que le TAS vous interpelle sur votre rôle dans le premier jugement, n’est-ce pas une façon de dire que vous avez fait un mauvais travail ?

Amadou Tham Camara : Tout ne peut pas être bien fait dans un travail. Il est clair qu’il y a eu des manquements pour la première fois que le TAS a bien identifiés et l’absence de ce double degré de juridiction faisait partie de ces manquements.

GG : Monsieur Tham, à l’époque je me rappelle on vous a appelé dans cette émission. Vous aviez indiqué en parlant d’Amadou Diaby que vous aviez toutes les preuves qui attestent qu’Amadou Diaby était coupable des faits qui lui sont reprochés. Aujourd’hui je suis surpris que vous reveniez sur le devant de la scène pour dire que le TAS demande à ce que les éléments soient à nouveau constitués. J’ai l’impression que vous-même admettez que vous avez commis des erreurs dans le dossier Amadou Diaby?

Amadou Tham Camara : Nous avons des preuves. Nous avons une bande sonore d’un enregistrement d’un témoin clé de Monsieur Dembélé d’accord ! le TAS nous a dit que ce n’est pas suffisant, faites tout pour interroger Monsieur Dembélé. Il se trouve qu’aujourd’hui Monsieur Dembélé s’est rétracté. C’est une difficulté majeure. (…)

GG : Vous auriez pu prévoir l’irrecevabilité de ce genre de preuves qui sont des enregistrements.

Amadou Tham Camara : En matière de justice de football, les enregistrements sonores sont des preuves. Il y a des jurisprudences abondantes en la matière. On a un arbitre guinéen qui a pris dix ans de suspension sur la base d’un enregistrement. Donc, il y a eu une jurisprudence abondante en la matière. Les enregistrements sont des preuves vraiment acceptées en matière de justice.

GG : Mais pour quelles raisons le TAS a rejeté cette fois-ci ?

Amadou Tham Camara : Le TAS a dit que ce n’est pas suffisant, ce n’est pas une manière un rejet de cette preuve, mais plutôt une demande de la compléter.

GG : Avez-vous eu une réunion avec quelques membres de la Féguifoot quand on sait que la commission d’Ethique est quand même indépendante et autonome ?

Amadou Tham Camara : Ecoutez, il s’agit d’une commission d’éthique qui est indépendante mais elle n’est pas en dehors de la Fédération Guinéenne de Football dans le cadre de son fonctionnement, dans le cadre d’un certain nombre de questions. Le comité exécutif et la commission éthique peuvent se rencontrer et discuter des  questions en commun. Ce n’est pas interdit. C’est vrai, nous sommes indépendants mais il y a une seule caisse à la Fédération Guinéenne de Football. Et cette caisse est gérée par le comité exécutif. Et lorsqu’il y a des matières comme ça aux implications financières, il faut bien qu’on rencontre ceux qui gèrent au niveau de la Fédération pour qu’on en discute et cela ne peut pas se faire au téléphone.

GG : Estimez-vous que Monsieur Diaby est lavé de tout soupçon ?

Amadou Tham Camara : Il s’agit d’une décision provisoire parce qu’il y a des écueils pour le moment et si ces écueils sont levés alors la procédure va reprendre. Ce n’est qu’une suspension mais en attendant il est rétabli dans ses fonctions.

GG : Ce qui est dit de votre dessaisissement à un moment donné du dossier Amadou Diaby, on nous apprend que vous aviez écrit une lettre dans laquelle vous vous retiriez du dossier Amadou Diaby. Qu’est-ce qu’il en est aujourd’hui ?

Amadou Tham Camara : J’avais écrit effectivement pour me mettre à l’écart du dossier mais avant de prendre une quelconque décision, j’avais encore écrit pour dire que c’est moi qui volontairement m’étais mis à l’écart. Je reprends la conduite du dossier parce que je ne suis pas satisfait de la manière dont le dossier est conduit. Donc, j’ai encore écrit, si on était honnête avec vous, on aurait montré aussi la deuxième lettre par laquelle j’ai dit que je reprends la conduite du dossier.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...