Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Reprise prochaine du contrôle routier : la gendarmerie routière s’y prépare

La date est connue. Le mercredi 1er décembre est le jour fixé par la gendarmerie routière pour déclencher les opérations de contrôle routier sur toutes les routes en rase campagne. On le sait, depuis le 5 septembre dernier, le CNRD à sa prise du pouvoir a pris, au titre des transports routiers, d’importantes mesures qui ont été amplement saluées par les citoyens. Au nombre de celles-ci, nous citons l’ouverture des frontières terrestres avec les pays voisins et la suppression de tous les barrages routiers qui essaiment à travers le pays, causant d’énormes préjudices aux citoyens et à l’État.

Devant l’accueil chaleureux réservé à cette dernière disposition par les transporteurs et les voyageurs et le risque d’amalgame qui pouvait s’en suivre, le CNRD a apporté rapidement le bémol qu’il fallait. Il a précisé sans attendre, que la suppression des barrages est à considérer comme une mesure strictement transitoire et non à une quelconque abolition du contrôle routier qui doit nécessairement demeurer, comme c’est le cas partout ailleurs.

L’état doit toujours veiller à la sécurité des personnes et des biens sur les routes, surtout celles en rase campagne où le relatif isolement dû à l’éloignement entre les zones habitées, amène certains conducteurs à faire fi du code de la route et des règles de circulation. Et même, plus grave, l’on enregistre à ce niveau, des cas de braquages qui se soldent par des morts, des blessés et des pillages de biens des voyageurs.

Tenant compte de tous ces aspects et de bien d’autres encore, les autorités ont décidé que le contrôle routier se fera désormais dans les règles de l’art, c’est-à-dire qu’il sera essentiellement mobile.  C’est dans ce cadre qu’une centaine de motos et de véhicules tout terrain ont été mis à la disposition de la gendarmerie routière, désormais restructurée en groupements au nombre de neuf, pour couvrir l’ensemble du territoire.

Ces gendarmes, officiers et hommes du rang, au terme d’une formation à l’école de gendarmerie pour les préparer à leur nouvelle mission, ont tous rejoint leur poste d’affectation. Et aussitôt après, les commandants d’unité, pour ceux d’entre eux qui en ont eu l’opportunité, ont effectué une reconnaissance des lieux réputés dangereux dans leur zone, avant d’organiser des séances de simulation et de sensibilisation à l’intention de leurs hommes, mais aussi des usagers de la route. Cette démarche en direction des usagers, première du genre, dans l’histoire de la gendarmerie routière chez nous, a surpris et émerveillé les populations pour son originalité. Elle se poursuit encore au niveau de tous les groupements.

Le haut commandement de la gendarmerie, direction de la justice militaire y attache un grand prix, nous dit-on.

L’objectif visé est double. Dans un premier temps, il s’agit d’outiller les agents de contrôle pour plus d’efficacité dans l’application des règles et procédures recommandées, au contact des usagers. Ensuite, on sensibilise ces derniers sur les causes et les conséquences des accidents; le comportement à adopter sur la route pour les éviter et en préserver les autres.

Finalement, ces deux démarches, en même temps qu’elles renforcent la prévention routière, elles restaurent et renforcent également la confiance entre les usagers et les agents qui ne doivent plus se voir comme adversaires ou ennemis, mais plutôt comme amis et partenaires.

Il s’agit d’expliquer aux uns et autres que les agents sont au service exclusif des citoyens pour leur assurer, à eux et à leurs biens, une sécurité totale sur la route et qu’ils sont prêts à tous les sacrifices pour les protéger. En retour, les mêmes agents s’attendent à ce que les usagers fassent le maximum pour leur faciliter l’accomplissement de leur mission. Pour cela, il leur est demandé d’adopter toujours un bon comportement sur la route et d’apporter leur appui total dans la lutte contre le fléau que constitue les braquages meurtriers dont ils sont souvent l’objet.

Ainsi donc, à compter du 1er décembre prochain, le contrôle routier reprend en rase campagne. C’est une nouvelle étape qui s’ouvre pour notre pays, dans ce domaine précis, étant donné que les agents sont désormais mobiles avec les nouveaux équipements mis à leur disposition. aux usagers de s’attendre donc à les voir partout sur la route et à toute heure du jour et de la nuit.

Ce nouveau contrôle routier sera effectif sur le terrain, sans tracasserie aucune, précise-t-on. Des dispositions sont d’ailleurs prises à cet effet pour parer aux abus éventuels. Les commandants d’unité et leurs adjoints restent des voies de recours pour trouver solution à tout problème. S’y ajoute un numéro vert: le 122, qui reste ouvert dans le même souci d’être à l’écoute des usagers.

Il n’y a pas à douter qu’ avec toutes ces mesures, nous allons bientôt connaître une réduction sensible des accidents et leurs corollaires sur nos routes, en rase campagne. En même temps que nous allons être à l’abri des braquages.

Ce pari gagné, sera une réelle victoire pour tout le pays et une reconnaissance à l’endroit du CNRD qui en a été le précurseur, dès sa prise du pouvoir.

Cela va être possible, si chacun joue pleinement son rôle. Tant les agents que les usagers. Surtout ces derniers, qui conduisent leurs engins. Gageons qu’ils auront toujours à cœur d’être en règle, de rester prudents et d’obtempérer aux signaux des gendarmes.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...