Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Quatuor : l’alliance finit en eau de boudin

A moins de 24 heures de l’ouverture du cadre de dialogue inter guinéen, les membres du quatuor continuent de se tirer dans les pattes. A l’allure où va le train, ce psychodrame provoqué par un tweet « condescendant » du leader de l’Ufr, risque d’entraîner le départ de la Cored de Mamadou Sylla. Cette alliance pourrait d’ailleurs se faire allécher par les facilitatrices pour son éventuelle participation aux travaux du dialogue, dont le démarrage est prévu pour ce 24 novembre.

Pour n’avoir pas réussi à laver le linge sale en famille, le quatuor politique pourrait se voir amputé d’un de ses membres. C’est le moins qu’on puisse affirmer, car la Cored dont il s’agit, n’a pas l’air de faire machine arrière, après avoir pris ses distances avec le quatuor.

Le dernier développement de la situation relative à ce psychodrame qui agite cette coalition de plusieurs partis politiques, en dit long sur les velléités de la Cored de Mamadou Sylla. Qui dit ne plus se reconnaître dans les actes posés par le quatuor, y compris cette lettre-réponse adressée au Premier ministre, dont elle se désolidarise.

Justifiant sa démarche par le fait que le contentieux provoqué par le tweet, déniant le poste de coordinateur à Mamadou Sylla, ne soit pas encore vidé. Tout porte à croire que le président de l’Udg s’attend à des excuses de la part de Sydia Touré, qu’il dit avoir pris l’habitude de le tourner en bourrique.

Connaissant l’égo boursouflé de nos leaders politiques, certains observateurs verraient mal l’ancien Premier ministre se plier en quatre devant Sylla. De là à dire que le divorce entre le quatuor et la Cored est consommé, est un pas qu’ils n’hésitent pas à franchir. Partant du fait que Mamadou Sylla avait besoin de sortir du carcan du quatuor. Qui devenait pour lui quelque peu lassant par ses récriminations contre la junte. Sans aucune volonté d’aller de l’avant.

Avec son intuition d’homme d’affaires, le leader de la Cored se sentirait plutôt plus à l’aise dans le camp des winners. Après avoir épuisé les charmes d’une opposition qui est loin d’avoir fini avec son long chemin de croix.

Sauf coup de théâtre, la Cored pourrait se retrouver autour de la table de dialogue ce 24 novembre, sous l’égide du gouvernement.

Ce qui serait en porte-à-faux avec la posture d’un quatuor ombrageux.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...