Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Quand Alpha Condé et les ex-dignitaires se font écharper par l’ex-PM Tidiane Souaré sur Espace

« Quand un régime change, le devoir de réserve s’impose… En 2008 avec le CNDD, nous avions respecté le principe de silence… Les circonstances de prise du pouvoir ne sont pas les mêmes… La situation qui précédait l’arrivée au pouvoir des autorités actuelles était insupportable.  Les Guinéens ont subi de la part de l’ex-président Alpha Condé, une pression telle… ! Alpha avait une attitude d’arrogance, de défiance. Il a rendu impossible la vie aux syndicats, aux partis politiques, à la société civile et aux leaders d’opinion. On a tout fait pour lutter contre le troisième mandat. Les gens sont sortis, il y a eu des morts… Alpha n’a pas bougé. On était devant le surnaturel dans notre propre pays. Un seul homme a pris tout le système en otage, y compris son propre parti. »

Invité par nos confrères de la Radio Espace ce mardi 9 novembre, le dernier Premier ministre de feu général Lansana Conté, s’est prononcé sur les actes posés par la junte militaire au pouvoir et l’attitude des anciens dignitaires du régime d’Alpha Conté.

Interrogé sur le traitement subi à l’époque et le comportement adopté après la chute de leur régime, le 23 décembre 2008 au petit matin, Ahmed Tidiane Souaré soutient que contrairement aux anciens dignitaires du régime Alpha, ses membres du gouvernement et lui avaient pris les devants. « Non ! Nous n’avons subi aucun traitement inhumain parce qu’on a anticipé. Lorsque le CNDD avait eu besoin de nous, j’ai convoqué tout le gouvernement à ma résidence. Et j’ai donné des instructions à tous de déposer les véhicules administratifs, les véhicules de fonction au garage du gouvernement. On s’est mis en ordre dans nos véhicules privés pour se rendre au siège du CNDD pour se mettre à la disposition des nouvelles autorités. Après cette visite, nous avons respecté le principe de silence. Quand le système change, le devoir de réserve s’impose. On a le droit de parler, mais le devoir de réserve est important. Et je crois que tout cela a contribué à ce que nos avoirs soient restés avec nous sans être gelés… On a même été sécurisés… Il faut comprendre aussi que quand un régime tombe, il est normal que les « nouveaux maitres » fassent l’état des lieux. Voilà, pourquoi j’avais réuni mon équipe pour aller nous soumettre aux questions des nouveaux dirigeants d’alors. Les circonstances de prise du pouvoir ne sont pas les mêmes… La situation qui précédait l’arrivée au pouvoir des autorités actuelles était insupportable.  Les Guinéens ont subi de la part de l’ex-président Alpha Condé, une pression telle… ! Alpha avait une attitude d’arrogance, de défiance. Il a rendu impossible la vie aux syndicats, aux partis politiques, à la société civile et aux leaders d’opinion. On a tout fait pour lutter contre le troisième mandat. Les gens sont sortis, il y a eu des morts… Alpha n’a pas bougé. On était devant le surnaturel dans notre propre pays. Un seul homme a pris tout le système en otage, y compris son propre parti. Pour revenir à votre question, il faut reconnaitre que le CNRD a usé d’une méthode civilisée. Le colonel Doumbouya et son équipe ont sans doute tenu compte de cette période sensible que nous traversons. C’est quelque chose à saluer »

Donc pour vous, Amadou Damaro et son groupe devraient s’abstenir de tout propos ?

« Oui ! Ils devraient se soumettre à l’obligation de réserve. Lorsque vous quittez le pouvoir, sachez déjà que le rapport de force a changé de camp. Et c’est naturel ! L’opération de Mamadi Doumbouya a eu l’assentiment de la quasi-totalité des Guinéens. Ça doit donner des leçons ! C’est l’occasion de s’asseoir, réfléchir et s’interroger sur ce qu’on fait lorsqu’on était au pouvoir. Face à un élan comme ça, il est inutile de jouer aux petits héros. L’ex-président Alpha Condé n’était pas seulement président du RPG, c’était le président de tous les Guinéens ! Son sort concerne tout le monde. Pour tout ce qu’il a été, son sort préoccupe tout le monde. Le CNRD, l’a pris pour le mettre dans les meilleures conditions. Je pense que déjà, c’est un grand pas ».

En ce qui concerne la saisie des biens immobiliers de l’Etat et le gel des biens mal acquis, Ahmed Tidiane Souaré pense que toute nouvelle situation appelle de nouvelles réactions et qu’il met le gel des avoirs au compte des mesures conservatoires. Comme quoi, il n’est pas dit qu’on gèle, on ramasse tout, les yeux fermés et on les met au compte du trésor public ! On gèle le temps d’examiner, et voir qu’est-ce qui appartient à qui. Et ça été obtenu dans quelles conditions. Il pense que ce sont des mesures utiles et salutaires. La récupération du patrimoine bâti, pour lui, c’est une opération qui prendra du temps. Mais comme l’a dit le président du CNRD, lui-même, la justice sera leur boussole, l’ancien Premier ministre souhaite que toutes les actions se fassent dans ce cadre.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...