Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Problématique de l’emploi des diplômés : l’Enseignement supérieur engage la réforme des programmes d’enseignement

En vue de faciliter l’accès des diplômés des institutions d’enseignement supérieur au marché de l’emploi, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation va engager des réformes aboutissant à un nouveau système éducatif. C’est dans cette perspective que le département a organisé ce 6 juillet 2022 un atelier de validation des termes de référence (TDR) des programmes dans les institutions d’enseignement supérieur. La rencontre réunit les acteurs de l’enseignement supérieur, mais aussi des entrepreneurs qui sont les consommateurs des produits des universités.

Dr Oumar Doumbouya, Directeur général de l’Enseignement supérieur, explique le travail que les participants doivent faire durant l’atelier : « Au cours de ces travaux, il vous reviendra de présenter le cadre institutionnel de la formation, comité de pilotage et comité technique afin de de situer les différents rôles, de présenter la méthodologie envisagée dans le projet, notamment l’élaboration du référentiel des métiers, la co-construction et la cartographie des cartographies des programmes de formation, de présenter les TDR de l’étude sur les diagnostics des études avancées, de recueillir les différents observations et amendements des différents acteurs afin d’améliorer les différents TDR, de consolider les recommandations dans un rapport global et enfin, de lancer la réforme des programmes des programmes. »

Facinet Conté, Secrétaire général du département indique que la réforme des programmes vise à faciliter l’employabilité des sortants des universités : « Nous avons confié toutes les parties prenantes pour valider les TDR afin que nous allions tout doucement vers la réforme des programmes pour faciliter l’employabilité des étudiants qui sortent des institutions d’Enseignement supérieur ».

Pour la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Dr Diaka Sidibé, la restructuration des programmes de formation est plus que nécessaire, car chaque année, ce sont des milliers d’étudiants qui sortent des institutions d’enseignement supérieur, mais dont la majorité ne trouve pas d’emplois.

« L’amorce de réforme passera forcément par une restructuration des programmes de formation pour une meilleure employabilité de nos jeunes diplômés à l’issue de leur formation. Si nous nous posons la question de savoir quel type d’étudiants nous voulons pour demain? La réponse sera forcément un étudiant qui sera employable immédiatement. Cela passe essentiellement par des programmes de formation pensés et adaptés. C’est cette logique qui anime et qui nous amène à organiser ce présent atelier », a-t-elle souligné, avant d’affirmer que les programmes d’enseignement du pays, de façon générale, n’ont pas tenu compte des perspectives de développement de notre pays. C’est pour toutes ces raisons que des vastes chantiers de réforme sont ouverts : « La forte propension vers l’enseignement supérieur au détriment de l’enseignement professionnel et technique a généré des effectifs pléthoriques dans les universités. A l’instar de tous les axes des secteurs de la vie socio-économique, le secteur de l’Éducation en général, et en particulier mon département, a ouvert de ce fait, de vastes chantiers de réforme. »

Plus loin, Dr Diaka Sidibé insiste sur le fait que ces réformes vont aboutir à un nouveau système d’enseignement : « Ces profondes réformes doivent aboutir à un nouveau système éducatif qui aura, par rapport à l’ancien, non pas des différences et degrés, mais bien des différences de nature. Elles seront structurelles, fonctionnelles et pédagogiques en tenant compte de l’innovation et de la veille technologique. »

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...