Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Personne n’est à l’abri des accidents : pas même les agents ! (Dernière partie)

Nous vous proposons ici, la suite de la liste des officiers et agents de la gendarmerie routière, qui ont perdu la vie dans des accidents de la circulation.

18-Adjudant Daman Camara du service constat de l’escadron de gendarmerie départementale de Faranah. Mort des suites d’un accident de moto contre un bœuf en divagation entre Faranah et Maréla, alors qu’il partait faire un constat d’accident.

19- Gendarme stagiaire Mohamed Soumah. Mort des suites d’accident au moment des élections législatives en 1995 à Coronthie ;

20-Capitaine Patrice Lamah, commandant d’escadron gendarmerie départementale de Boffa. Mort des suites d’accident à Tanènè, en 1996 ?

21-Adjudant Thierno Hamidou Baldé. Mort, des suites d’accident de moto à Forécariah, en 1988 ?

22- Adjudant Balo Camara, de la compagnie sécurité routière. Mort, heurté par un véhicule à Gomboya, pendant qu’il canalise la circulation pour faire un constat d’accident ;

23-Lieutenant Tozo…? de l’escadron mobile n3 (Matam) de la gendarmerie nationale. Mort en septembre 2007, des suites d’accident à Tabily. Il revenait à Conakry, après l’enterrement du Général Kerfalla Camara, chef d’état-major interarmes à Madina-Oula (Kindia). A cette occasion, d’autres personnels de son unité ont été également blessés. Certains ont bénéficié d’évacuation pour soins, à l’étranger ;

24-Lieutenant Mouctar Diallo. Mort en… 1985 ? en même temps que deux de ses enfants dans un accident de la circulation entre Saramoussaya (Mamou) et Fodé-Hadji (Dabola) ;

25-Adjudant-chef Béla Camara. Mort des suites d’accident de moto sur la route de Mamou ;

26-Sous-lieutenant Aboubacar Touré. Mort des suites d’accident au carrefour de Wonkifong, sur la nationale Coyah-Forécariah ;

27-Adjudant-chef Mamady Kourouma. Mort en 2000, des suites d’accident, au centre urbain de Coyah ;

28-Capitaine Aly Bangoura, commandant de l’escadron de gendarmerie départementale de Télimélé… (sans autre précision) ;

29- Adjudant Alonzo Camara… Décédé en 1978 à Conakry, des suites d’accident… (sans autre précision) ;

30-Adjudant-chef Ako Zoumanigui. Décédé en 1983, des suites d’accident (sans autre précision) ;

31-Lieutenant Mamady Gbéta Kéita, commandant de la brigade territoriale (BTGN) de Mambia. Mort des suites d’accident, voiture contre bus, en 2004 à Kamaraboundji (Kindia) ;

32-Capitaine Kallo ?… Kaloga…? Commandant de l’escadron de gendarmerie départementale de Boffa. Décédé en 1996 ? 1997 ? (Nom et date imprécis) à Tanènè, suite à un accident de véhicule contre bœuf en divagation ;

33-Margis Koly Kémoko Camara de la brigade spéciale du port autonome de Conakry. Il a trouvé la mort, en 1996 (un lundi), au premier jour de sa prise de service. Une machine l’a malencontreusement heurté dans l’enceinte du port ;

34- l’élève gendarme Papa Kourouma de la compagnie sécurité routière. Mort, heurté sur sa moto par une voiture, à Siguiri où il était en mission, en 2007

35- Margis-Chef, Patrice Loua de la Compagnie sécurité routière de Faranah, décédé le 16 août 2016 des suites d’accident de moto au Pont du centre-ville de Faranah

36- Margis-chef, Athanase Doualamou, sa moto est entrée en collision avec une voiture sur la nationale Dubréka – Tanéné, le 10 juin 2021

37- Margis-chef, Lambert Loua seul sur sa moto, il est tombé au niveau d’un rond-point du centre-ville de Kankan et a subi un choc sur la tête

38-Le groupe de six gendarmes, tous de la même unité (l’escadron mobile n3), morts dans le même accident survenu à Labota en 1996 ? Ils revenaient d’une mission à Kindia, chez le commandant   »Dan Vadis’’. Ce sont :

-adjudant Abou Soumah

-margis-chef Moussa Kéita

-margis Mamadou Billo Diallo, chauffeur

-margis Sagno Alfred

-margis Ismaël Condé

-margis Sékou Kourouma’’Kèmè Kèmè’’

…Et c’est là, les victimes que nous avons pu répertorier ! Leur liste n’est ni complète, ni close. Il y en a bien parmi elles, que nous n’avons pas identifiées. Et aussi d’autres qui pourraient, malheureusement, au fil du temps, s’ajouter à celle macabre, ici dévidée, vu que l’accident peut arriver à n’importe qui, n’importe où et n’importe quand. Autant donc, pour ralentir ou arrêter cette tendance à emprunter le chemin du risque, inviter chacun et tous, à rester toujours prudents, sur la route. Du mieux possible et en toutes circonstances !

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...