Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Manque d’infrastructures à Labé : voici la réaction du ministre de l’Habitat

Comme l’a annoncé le maire de la commune urbaine de Labé dans l’une de nos précédentes dépêches ; « les membres du gouvernement en séjour à Labé sont actuellement en train de vivre les vraies réalités de Labé qui n’a pas d’eau, pas d’électricité, pas de route, pas de logements ». Cette situation alarmante a été rapportée au porte-parole du gouvernement par la rédaction locale de Guinéenews. Ousmane Gaoual Diallo qui nous a accordé une interview exclusive n’est pas passé par quatre chemins pour reconnaître cette réalité qui selon lui, est commune à plusieurs villes de la Guinée.

« Disons que le constat est le même, hormis N’Zérékoré qu’on a visitée et qui, grâce à la politique du CNRD, venait d’être alimentée en électricité. Kankan est aussi dans une forme d’électrification tournante. Donc, il n’y a pas de courant à Kankan non plus. Labé est dans les mêmes conditions avec une infrastructure routière extrêmement dégradée mais c’est tout ce qui justifie ce déplacement parce que ce sont des constats que nous faisons », entame le porte-parole du gouvernement en séjour dans la cité de Karamoko Alpha.

Plus loin, Ousmane Gaoual Diallo parle de manque d’infrastructures administratives dans la région. « Et à l’instar de ce que j’ai pu observer en forêt, ici aussi les administrations laissent à désirer contrairement à la région de la haute Guinée qui a bénéficié des effets des fêtes de l’indépendance tournante où les édifices sont construits même si elles ne sont pas équipés en matériels et les ressources humaines font défaut. Dans la région de la Guinée forestière et la moyenne Guinée, les infrastructure manquent, le personnel manque. Ceux qui sont là ont besoin d’être réactualisés en terme de formation et puis les infrastructures routières laissent à désirer. Il faut encore compter trois heures pour rallier Lélouma qui est à moins d’une centaine de kilomètre de Labé », dénonce-t-il.

Selon lui, c’est tout ce qui justifie cette immersion gouvernementale à l’intérieur du pays. « C’est quelque chose d’extrêmement préoccupant et qui a amené les autorités de la transition à mettre au cœur de leur activité le développement de ces infrastructures routières, énergétique, hydraulique et de logement pour pouvoir un peu répondre aux préoccupations des Guinéens », soutient Ousmane Gaoual Diallo.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :