Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Mamadou Sylla (ex-cfop) : « Ce coup d’Etat est une bonne chose » (entretien)

Après le coup d’Etat militaire du 5 septembre dernier, suivie de la suspension de la Guinée des instances de la CEDEAO, ainsi que des menaces de sanctions individuelles contre les membres de la junte, s’ils ne procédaient pas à des élections dans 6 mois, Guinéenews.org a rencontré l’ex-chef de file de l’opposition Mamadou Sylla qui a donné son avis sur ce coup de force et les corollaires qui en découlent.

Guinéenews : le 5 septembre les militaires ont pris le pouvoir en Guinée, qu’est-ce que vous pensez de ce coup d’Etat ?

Elhadj Mamadou Sylla : ce que moi je pense de cette situation, vu que tout le monde a adhéré au coup d’Etat et que c’est l’avis du peuple qui compte le plus dans un pays, malgré que la constitution condamne le coup d’Etat, donc je crois que ce coup d’Etat est une bonne chose.

Guinéenews : comment appréciez-vous les consultations organisées par le colonel Doumbouya au palais du peuple ?

Elhadj Mamadou Sylla : l’arrivée des diplomates au palais du peuple  est normal, d’ailleurs ils représentent tous leurs pays.
C’est leur rôle qui consiste à venir dans un autre pays quand il y a de grands événements comme ce coup d’Etat que vit la Guinée actuellement. Donc c’est normal et d’ailleurs ce n’est pas la première fois, que cela se passe.

Guinéenews : la CEDEAO menace de geler les avoirs de la junte et leurs familles. Quelle est votre réaction ?

À lire aussi

Elhadj Mamadou Sylla : la sanction contre la junte qui fait cas du gel de leurs fonds, est incompréhensible, je dis ça parce que moi je me demande de quel fonds ils parlent ? Regardez le militaire avec le salaire minime qu’il a, cela ne fait même pas 15 jours de dépense dans le mois, en tout cas pour la plupart d’entre eux. Donc cette sanction est juste une farce, nombreux sont les militaires qui n’ont même pas un numéro de compte. Et on parle des avoirs, et de fonds c’est si tu en as beaucoup.

Guinéenews : que pensez-vous de la suspension de la Guinée des instances de la Cédéao ?

Elhadj Mamadou Sylla : la CEDEAO a beaucoup été sévère envers la Guinée. Parce qu’il y a eu beaucoup de coups d’Etat en Afrique, prenons le cas du Mali, ils ont accordé tout simplement 18 mois aux Maliens pour organiser des élections.  Et celui du Tchad, c’est son fils qui a pris le pouvoir dans l’immédiat et toutes les institutions étaient sur place, ils n’ont touché à aucune institution, idem qu’au Mali,  mais chez nous, c’est tout le  contraire, tout a été mis à plat et vu la situation, il faut tout recommencer à zéro,  réformer l’état, comme ils l’ont dit eux-mêmes.
Donc il faut espacer le recensement général de la population, nettoyer le fichier,  créer le CNT , pour qu’ils puissent préparer la nouvelle constitution.

Guinéenews : pensez-vous comme la CEDEAO que la Guinée peut organiser les élections générales en 6 mois ?

Elhadj Mamadou Sylla : il y a trois élections à organiser. Il y a les élections communales, législatives vient ensuite l’élection présidentielle, et en 6 mois, même une seule échéance, ils ne pourront pas faire. C’est important de dire des choses tenables et ce qui n’est pas tenable. Je suis désolé, il faut laisser tomber. On veut bien que ça soit plus rapide, plus vite, mais le temps passe vite et le travail est beaucoup. Et quand le temps est minime, je pense que c’est difficile de finir dans ces délais.

Entretien réalisé par Manianfing Doré, stagiaire à Guinéenews

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...