Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Lutte contre les MGF : l’Ambassadeur du Royaume Uni au chevet des populations rurales de Beindou

En matière de politique étrangère, éduquer les filles, autonomiser les femmes et mettre fin aux violences basées sur le genre sont des priorités absolues pour le Royaume-Uni en Guinée.

C’est pourquoi le gouvernement britannique s’est engagé à mettre tout en œuvre pour éradiquer l’excision dans le monde d’ici 2030.

À Faranah, notamment dans la sous-préfecture de Beindou, un projet de déclaration de lutte contre les mutilations génitales féminines a été initié par l’ambassade du Royaume-Uni.

Exif_JPEG_420

L’objectif est de contribuer au programme national de promotion de la santé féminine et est mis en œuvre par l’ong internationale United Purpose. C’est dans le cadre de l’évaluation à mi-parcours de ce projet que l’Ambassadeur du Royaume-Uni en Guinée, David MC Ilroy, et son épouse ainsi que sa suite se sont rendus dans la commune rurale de Beindou.

Dans son discours de bienvenue, le maire de la commune rurale de Beindou, Kamory Oularé, précise : “l’excision qui n’est pas une prescription divine ni une recommandation religieuse, est une pratique néfaste qui porte atteintepour la santé de reproduction. Elle est la source de beaucoup de maladies. Combattre cette pratique dans notre collectivité contribue à l’augmentation de l’espérance de vie de la population. C’est pourquoi, je vous signifierai l’engagement de nos femmes en général et des exciseuses en particulier, de contribuer efficacement et sans relâche à la lutte contre les mutilations génitales féminines avec le slogan « Plus jamais ça à Beindou ». Nous demandons l’appui de l’Ambassade du Royaume-Uni pour l’accompagnement de nos jeunes filles et nos femmes dans la poursuite de cette lutte dans nos districts et secteurs de la sous-préfecture de Beindou”.

Pour sa part, Salifou Camara, représentant le gouvernorat de Faranah à cette occasion, est revenu sur l’historique de la pratique de l’excision dans nos sociétés : “la société traditionnelle africaine a toujours réservé une place de choix aux femmes qui constituent le socle de la vie en communauté. C’est aussi sur elles que reposent bon nombre de tâches quotidiennes qui nécessitent des efforts importants pour l’éducation des enfants, des travaux champêtres, la cueillette, la cuisine, le ramassage des bois pour diverses préparations et les satisfactions des caprices d’un éventuel mari entre autres.

Exif_JPEG_420

Au-delà de la considération dont les femmes doivent bénéficier, elles doivent aussi suivre une éducation conséquente pour éviter de ployer sous le poids d’une tradition qui, par endroit, encourage des pratiques néfastes qui dévalorisent leur statut. 

C’est le cas notamment des mutilations génitales féminines qui font partie des fléaux de notre société traditionnelle, qui a du mal à s’en séparer en l’absence d’une information cognitive à l’endroit des populations concernées.

L’instruction sera donnée à tous les préfets de veiller à l’application des directives nationales, concernant l’interdiction de cet objet de la cause en Guinée.”

De son côté, l’Ambassadeur du Royaume-Uni en Guinée, David MC Ilroy, fixe les priorités de son pays à travers le monde : « Dans le contexte guinéen, l’Ambassade du Royaume-Uni a au coeur de sa politique le développement des communautés locales et œuvre dans ce sens en soutenant plusieurs ong aussi bien dans l’éducation, la formation que dans la lutte contre l’excision et les violences basées sur le genre.

C’est donc dans ce cadre que nous sommes ici à Beindou afin de soutenir et saluer l’initiative de << United Purpose>> qui lutte pour mettre fin à l’excision au sein de la communauté« .

C’est sur cette note d’espoir que la visite de l’Ambassadeur a pris fin par présentation des sketchs sur l’abandon des mutilations génitales féminines dans la sous-préfecture de Beindou.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :