Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Les enfants des victimes du massacre du 25 janvier 1971 commémorent leurs parents

Les enfants des victimes  du 25 janvier 1971  commémorent leurs parents victimes du régime féroce de Sékou Touré. Cette date rappelle un douloureux souvenir pour les enfants et veuves des victimes. Une date à laquelle plus de 80 Guinéens, hauts cadres, fonctionnaires, hommes d’affaires et militaires ont été exécutés par le régime de Sékou Touré, au pouvoir de 1958 à 1984. Ce mardi 24 janvier, l’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB) a tenu  une conférence de presse à la memoire des victimes.

Abdoulaye Conté, le président de l’AVCB est d’abord revenu sur les faits avant de réclamer « vérité, justice, réhabilitation et réconciliation ».

Pour Dr Fodé Maréga, ancien député, et membre de l’AVCB, Sékou Touré s’est acharné sur son peuple. « Le principe en Guinée à toujours été la violence d’Etat face aux citoyens. Tout au long de la vie politique guinéenne, nous avons toujours eu ce principe de base. Sekou Touré et sa famille se sont acharnés sur le peuple de Guinée tout long de son régime.

De 1970 à 1971, il n’y a eu que des hécatombes. Il y a eu des ministres, des hauts fonctionnaires, des militaires etc tous tués atrocement,  soit par pendaison, fusillade, enterrés vif, ou soit enfermés dans des cellules jusqu’à ce que mort s’en suit. Sans compter les tortures qu’ils ont subies durant cette période.

(…) Nous ne sommes pas là pour nous venger de qui que ce soit, ça ne sert à rien. Aujourd’hui, nous voulons juste une réparation et dire aux jeunes d’aujourd’hui ce qui était en Guinée à cette époque. Cette Commémoration sera toujours faite dans le calme, dans le recueillement total pour prier sur la memoire de nos martyrs » ,a-t-il dit.

Quant à Alpha Tely Diallo, fils de l’illustre Diallo Tely, il a déplore l’image parfaite donnée au feu président Sekou Touré. « C’est ridicule de voir le nom d’un tyran glorifié par un pays qui a temps souffert des maux de ce dernier. Je sais pas ce qu’ils cherchaient à prouver en donnant le nom de l’aéroport international du pays à Sekou Touré. C’est de venir dire que cela a été fait dans le but de réconcilier. Il n’y a pas de réconciliation s’il n’y a pas de vérité, ni justice. Il n’est pas question qu’on balaie la mémoire de nos parents pour parler de réconciliation ou de refondation. Tant qu’ils ne vont pas réhabiliter correctement selon nos conditions,  il n y aura aucune refondation dans ce pays » , a-t-il fait savoir.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...