Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

L’élite nationale et les accidents de la circulation : un long chapelet de victimes (suite)

Nous évoquons ici, les cadres de haut niveau que le pays perd brutalement sur la route. Une perte définitive qui entraîne des conséquences énormes qu’il est difficile d’évaluer. Au-delà de la tragédie que vit la famille, c’est la société toute entière qui ressent les mêmes effets, d’autant que dans la formation de ce cadre, subitement disparu, l’état a beaucoup investi. L’intéressé a acquis de grandes compétences, mais aussi une expérience qui sont difficiles à combler. Et dans cet intervalle qui consiste à trouver un digne remplaçant au défunt, le pays perd toujours.

C’est le souvenir de ces élites, difficiles à remplacer, que nous voulons partager ici, avec vous. Avec l’espoir que cela va servir à mesurer l’immensité de la perte, mais aussi contribuer à sensibiliser sur la nécessité de rester toujours prudent sur la route.

Voici donc la seconde partie :

  1. Barry Ousmane Fontaine, professeur au centre d’études de la langue française (CELF) de l’université de Conakry. Mort des suites d’accident au km 36, pendant une émeute ?
  2. Salifou Sylla, chef de cabinet du ministère des mines. Décédé le 17 août 2005 à Bel-air (Boffa), après avoir percuté un camion à l’arrêt
  3. Elhadj Malick Camara, gestionnaire au département ‘’sinistres’’ de l’UGAR. En 2001, sur la route de Souguéta (Kindia) il a été accroché par un automobiliste qui le dépassait. Pendant qu’il était en discussion avec ce dernier, un autre véhicule est arrivé qui les a trouvés sur les lieux. Il a été mortellement heurté et sa femme a également subi de graves blessures
  4. Camara Lancey, inspecteur des services financiers et comptables à l’inspection générale du ministère des finances. Mortellement heurté à la traversée de la chaussée, au niveau du pont de Nongo, par un véhicule de passage.
  5. Jean Pierre Marcel Sylla, architecte, concepteur de l’immeuble de la caisse nationale de sécurité sociale de Conakry (CNSS). Mort, des suites d’accident sur la route de Kindia, le 09 août 1996
  6. Babacar Sy, chef division recouvrement à la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Mort, des suites d’accident, le 16 janvier 2005 à Dubréka, alors qu’il se rendait à Fria, en mission.
  7. Bernard Koly Béavogui, ingénieur des ponts et chaussées. Adjoint au chef du bureau régional de l’entretien routier de Boké. Mort en 2007 des suites d’accident à Soya (Mamou) à bord d’un bus en provenance de la forêt
  8. Sylla Martin, agent du service conditionnement de Coyah. Mort par suite d’accident de moto dans la commune du même nom
  9. Alpha Madiou Diallo ‘’Sénateur’’ inspecteur régional du tourisme et de l’artisanat de Mamou
  10. Kabirou Diallo président de la fédération professionnelle des artisans de Mamou (ces deux cadres du ministère du tourisme en service à Mamou sont morts sur la route, à une dizaine de kilomètres de la ville, alors qu’ils se rendaient à Conakry pour assister aux funérailles de feu Morciré Sylla, époux de leur chef de département, madame la ministre du tourisme)
  11. Ibrahima Marga Baldé, professeur, chef de section au service national de l’enseignement privé du ministère de l’éducation nationale. Mort des suites d’accident, sur la contournante de Kindia, le 04 octobre 2007

A suivre….

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...