Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Le PM Goumou face au CNT : l’autopsie d’une déclaration de politique générale

Le Premier ministre, Dr Bernard Goumou passait le 14 décembre dernier pour son grand oral devant les membres du Conseil National de Transition (CNT). Depuis la déclinaison de cette politique gouvernementale – un exercice républicain et démocratique, le premier du genre pour Dr Goumou en tant que Premier ministre Chef du gouvernement – chacun va de son commentaire.

Pour certains qui comptent parmi ses plus grandes critiques, le Premier ministre a juste fait un ‘’récital’’ au lieu d’aborder les véritables problèmes auxquels ses concitoyens sont confrontés au quotidien. Pour eux, beaucoup de Guinéens sont restés sur leur faim.

En revanche, pour ceux qui sont admiratifs de la sortie du Premier ministre, estiment, pour leur part, que tous les grands maux dont souffre la Guinée sont effectivement pris en charge et dans leurs moindres détails dans ce discours. A telle enseigne qu’il aurait fait renaitre l’espoir d’un lendemain meilleur au sein d’une population pourtant martyrisée par des gestions calamiteuses des gouvernements respectifs qui se sont succédés jusque-là à la tête du pays.

Entre ces tourbillons de commentaires antagoniques, Guinéenews se propose ici de faire une certaine autopsie de ce discours de politique générale gouvernementale du Premier ministre, Dr Bernard Goumou.

L’état des relations entre la Primature et le CNT

Devant les membres du CNT, les diplomates et membres du gouvernement, le Premier Bernard Goumou a entamé la déclinaison de son discours par se réjouir de la qualité des rapports existants entre son gouvernement et le CNT. Il a surtout magnifié la complémentarité des deux institutions, dans l’accomplissement de leurs missions respectives pour réaliser les chantiers de l’édifice national durant les 24 prochains mois.

Pour lui, « la hauteur d’esprit et le respect mutuel qui prévalent actuellement entre le CNT et son gouvernement pour « l’intérêt général », serviront de référence en matière de bonnes pratiques dans les relations entre ces deux pouvoirs dans notre pays. »  Avant de réitérer sa profonde gratitude au Chef de l’Etat pour lui avoir donné l’opportunité de servir le pays « en un moment particulier de son histoire.’’

Dr Bernard Gomou a dit mesurer l’étendue de sa mission, celle d’atteindre le rétablissement d’un régime respectueux de l’Etat de droit, doté d’institutions solides et stables. Un régime qui, selon lui, sera le fruit de la démocratie à l’issue d’élections crédibles et transparentes, acceptées de tous.

Ainsi, il s’est engagé, avec tout son gouvernement, devant les membres du CNT, à investir toute leur énergie et toutes leurs capacités pour la réalisation de ces préalables incontournables. En le faisant, il s’approprie les propos du Chef de l’Etat qui a déclaré lors de son adresse à la Nation le 31 décembre 2021 ceci : « l’édification de notre Nation impose deux choses : la réconciliation et la confiance en nos institutions » Au Premier ministre de rappeler alors à ses concitoyens l’impérieuse nécessité de renforcer de la confiance en mettant en avant la probité, l’exemplarité, le civisme, l’impartialité, la compétence, le sens de l’intérêt général et surtout la compassion…

Sur le plan diplomatique

Le Premier ministre se félicite du retour de la Guinée sur la scène internationale depuis le 5 septembre 2021. « La position diplomatique de notre pays a été réaffirmée. Notamment par la réaffirmation de sa volonté à respecter les Accords et Conventions internationaux auxquels la Guinée est partie prenante ». Les nouvelles autorités, dira-t-il, ont dès leur arrivée au pouvoir, ouvert des frontières avec les pays frères de Sierra Léone et de Guinée Bissau, en respect des accords de la CEDEAO. D’ailleurs insistera-t-il, que le dialogue avec les partenaires, notamment la CEDEAO et le G5 Guinée, n’a jamais été interrompu pour selon lui, exprimer la légitimité de la prise du pouvoir le 05 septembre 2021 et la bonne foi des responsables de la Transition qui ne pourront pas faire acte de candidature aux prochaines échéances électorales. « Lors de la 77ème Assemblée générale des Nations Unies, en septembre dernier, j’ai porté ce message du Président de la Transition au Débat général en vue de lever toute équivoque sur nos intentions et réaffirmer notre volonté de mettre en place un Etat démocratique basé sur l’état de droit »

Quid du dialogue et du rapport avec la CEDEAO sur la durée de la transition ?

 Concernant le dialogue en cours, le chef du gouvernement soutient qu’il a permis de faire fléchir la CEDEAO dans un compromis dynamique sur la durée de 24 mois de la Transition et l’adoption de son Chronogramme ainsi que la poursuite de l’appui international des partenaires techniques et financiers au développement.

Quelques acquis majeurs depuis le 5 septembre

-Sur plan économique

S’agissant des actes posés depuis le 05 septembre 2021, le Premier ministre dira dans sa déclaration de politique générale que le gouvernement s’est attelé à préserver la stabilité macro-économique, à assainir les finances publiques et à garantir le financement des politiques publiques. Ainsi, soutiendra-t-il, ‘’en dépit de la conjoncture internationale défavorable liée aux conséquences de la COVID-19, de la crise ukrainienne, du changement climatique qui ont contribué à la flambée des prix des produits stratégiques et de première nécessité, le gouvernement a pu maintenir l’économie sur une trajectoire de croissance remarquable et stabiliser les prix des denrées de première nécessité sur le marché national. Avec un taux de croissance de 4,9% en 2021 et 5,2% en 2022. A cela s’ajoute la rectification institutionnelle qui, selon lui, a permis de doter la Guinée d’organes forts et stables, garants de l’État de droit et à mêmes de mener et de conforter la Transition à son terme.

-Sur le plan institutionnel

Au titre des actes posés, le chef du gouvernement va citer, entre autres, la mise en place de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) ;  l’organisation et le démarrage effectif du procès du 28 septembre 2009 après 13 ans d’attente,  le renouvellement du Conseil Supérieur de la Magistrature en tant qu’organe disciplinaire et le renforcement de ses capacités , organisation des Assises Nationales, la mise en place du cadre de dialogue inclusif, l’élaboration du Chronogramme de la Transition en 24 mois et le démarrage du processus de recensement général de la population et de l’habitat.

Il va s’appesantir ensuite sur l’organisation des assises nationales pour le pardon et la réconciliation, sur le cadre de dialogue inclusif inter-guinéen, deux actions gouvernementales visant au renforcement de l’unité et de la cohésion nationale.

Pour les concertations avec les coalitions des partis politiques et les plateformes de la société civile, Dr Bernard Goumou promet que conformément à la politique de la main tendue prônée par le Chef de l’Etat, elles se poursuivront pendant toute la durée de la Transition et le cadre de dialogue restera ouvert à toute coalition qui souhaiterait le rejoindre.

Création du fonds spécial pour l’indemnisation des victimes des évènements du 28 septembre 2009

En ce qui concerne la justice, considérée comme la boussole de la Transition et la bonne gouvernance, elle est, selon le Premier ministre, placée au cœur de l’Administration pour mettre fin à l’impunité et la corruption. La bonne nouvelle ici, c’est l’annonce de la mise en place d’un fonds spécial pour l’indemnisation des victimes des évènements du 28 septembre 2009.

Au niveau du cadre macro-économique et financier, le Gouvernement, aux dires du Premier ministre, a créé des mécanismes nouveaux et innovants pour accroitre la mobilisation des ressources et conduire une politique de gestion rigoureuse des finances publiques. A cet effet, des outils de contrôle adaptés sont déployés et des procédures judicaires systématiquement engagées une fois des infractions financières avérées. Pour le chef du gouvernement, ces politiques publiques sont menées pour assurer la continuité de l’État tout en garantissant la qualité et la moralisation de la gestion publique.

Sur le plan social

La politique sociale n’est non plus mise à l’écart par le gouvernement du Premier ministre Goumou. Ainsi, les priorités sont portées sur la disponibilité des denrées de première nécessité, des services sociaux de base à des prix accessibles ainsi que le renforcement des programmes de protection et d’autonomisation des jeunes, des femmes et des personnes vulnérables. Cette dernière frange de la population, à savoir les personnes handicapées, les personnes âgées, les personnes victimes de violences basées sur le genre et celles vivant sous le seuil de pauvreté sont l’objet de toute l’attention du Président de la Transition.

 Pour améliorer l’employabilité de la jeunesse, le Premier ministre dit avoir mis un accent sur les formations professionnelles non seulement dans l’enseignement technique mais aussi dans le cycle du supérieur.

Le niveau de desserte en électricité passe de 25% en 2020 à 41% actuellement

Du point de vue électricité, le Premier ministre Goumou nous apprend que l’amélioration du taux d’accès à l’électricité qui était de 25% en 2020 est aujourd’hui à 41%. Sans oublier l’amélioration de l’électrification de la ville de N’Zérékoré et de 29 localités dans Kindia.

Au niveau des infrastructures et de l’assainissement, il soutient que les actions prioritaires du Gouvernement ont porté sur l’achèvement des chantiers de construction et de réhabilitation des routes afin d’améliorer la mobilité des personnes et des biens. Le Gouvernement, dira-t-il, accorde aussi la priorité à la construction et à la rénovation des centres hospitaliers, des infrastructures éducatives et sportives à Conakry et dans les régions.

Pour freiner la corruption et la mauvaise gouvernance, le gouvernement, selon le Premier ministre, a mis en place d’une plateforme digitale complète de passation des marchés publics (inscription des fournisseurs, appels d’offre, traitement des dossiers, suivi des travaux de terrain, suivi du paiement des décomptes…), y compris l’opérationnalisation de l’interconnexion bancaire avec le guichet unique du Commerce

Des efforts placés sous le double sceau de la modernisation et du rajeunissement dans le secteur de défense et de sécurité

Sur le plan sécuritaire et de défense Dr Bernard Goumou prévoit de gros efforts consentis pour l’équipement des Forces de défense et de sécurité qui doivent se moderniser, rajeunir et renforcer leurs capacités humaines, opérationnelles et logistiques pour assumer efficacement leur rôle régalien de sécurisation de la Nation. Il annonce par conséquent un mécanisme de financement en cours d’étude pour soutenir les investissements incontournables pour la préservation de notre souveraineté.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...