Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Le film du coup d’État en cours en Guinée

Depuis ce dimanche 5 septembre 2021, le pouvoir de Conakry a changé de main. Désormais, le nouvel homme fort du pays s’appelle le Colonel Mamady Doumvouya, chef d’une jeune unité d’élite appelée les Forces spéciales.

La prise du pouvoir par le colonel et ses hommes était un événement imprévisible par l’Armée. Mais l’affaire semble être munitieusement planifiée par les putschistes qui ont réussi à pénétrer au Palais Sèkhoutouréya pour mettre main sur Alpha Condé avant de l’extraire de là sans grand bruit.

C’est par le crépitement des armes automatiques que la population de Kaloum s’est réveillée au petit matin de ce dimanche. Des tirs de sommation bien nourris se font entendre partout à travers le centre-ville, siège de la Présidence de la République et de l’essentiel de l’administration publique.

Aucune information fiable n’est distillée dans les médias d’Etat. Pour sa part, la presse privée s’active sur le terrain quant à informer l’opinion. Mais auprès de qui recueillir les informations ?

L’heure est donc à l’émission des hypothèses. Les pronostics oscillent entre une mutinerie et un éventuel coup d’Etat. Et c’est cette dernière hypothèse qui s’avère enfin. Les Forces spéciales ont mis main sur Alpha Condé.

À lire aussi

Sur les réseaux sociaux, défilent les images et vidéos montrant Alpha Condé, chemise ouverte , dans les mains de ses ravisseurs, assis dans un fauteuil, dans les locaux de ces derniers. Mais le gouvernement, à travers un communiqué laconique signé du ministère de la Défense nationale, tente de démentir l’information.

Un communiqué balayé du revers de la main gauche par le Colonel Doumbouya qui assure mordicus que le pouvoir a changé de main, et que la situation reste sous contrôle. Peu après, les éléments du Groupement des Forces spéciales rallie Koloma, siège de la Radiodiffusion télévision guinéenne, pour rendre public,  au nom du Comité national de rassemblement et de développement, leur communiqué de prise du pouvoir, en dissolvant les institutions et en suspendant la Constitution.

Une situation qui sortira aussitôt la communauté internationale de son mutisme pour condamner la prise du pouvoir par le Groupement des Forces spéciales avant de demander la relaxe d’Alpha Condé.

Au même moment, l’on assiste à des scènes de liesse au sein de la population sur l’ensemble des artères publiques. L’adhésion donc du peuple est sans faille. Et demande est expressément faite aux militaires de rallier leurs garnisons respectives.

Dans un communiqué lu à la télévision nationale, il est demandé aux membres du gouvernement et autres présidents d’institutions républicaines de se présenter au Palais du peuple ce lundi une rencontre.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...