Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

La sous-préfecture de Yembering célèbre le 90ème anniversaire de sa première école

Ressortissants, résidents, amis de Yembering ainsi que les autorités régionales se sont retrouvés le 26 février dernier dans ladite localité. Objectif : célébrer le 90ème anniversaire de la création de l’école de Yembering. En marge de cette célébration, l’école primaire, qui a servi de cadre à cette rencontre, a été rebaptisée. Elle porte désormais le nom de Thierno Chérif Diallo, chef de canton de Yembering entre 1927 et 1948.

Cette célébration a mobilisé non seulement les résidents et les ressortissants venus de Conakry, de Labé et d’ailleurs, mais aussi les citoyens venus des 13 sous-préfectures ainsi que de la commune urbaine de Mali. Alors que la cérémonie était prévue dans l’après-midi, à la mi-journée déjà la ville était noire du monde. Particulièrement les élèves venus de toutes les écoles de la sous-préfecture.

Comme prévu, la cérémonie a démarré à 14h 30 par le souhait de bienvenue du maire de la commune Rurale de Yembering. Suivra un rappel historique de l’évolution de l’école de Yembering présenté par M. Ibrahima Kindy Mabel Diallo, correspondant de l’Agence guinéenne de presse à Mali. M. Diallo entamera son intervention par le témoignage fait par un nonagénaire en 2007. Doyen Mamadou Alpha Kolèbhé Diallo, qui fut parmi les premiers élèves de la première promotion, a rapporté que l’Inspecteur des Colonies, Monsieur Péchoutre, venant de Mali, s’est arrêté à Yembéring. Il a déclaré à Thierno Cherif, alors chef de canton, qu’il a trouvé en majorité que des élèves de Yembéring à Mali : 43 sur 47 inscrits. Ajoutant que dès son arrivée à Conakry il demandera au Gouverneur des Colonies, l’autorisation de transférer cette école de Mali à Yembéring.

 Poursuivant son témoignage, doyen Alpha ajouta que le 15 décembre 1931, la décision du Gouverneur tomba. L’école devint fonctionnelle entre le 2 et 3 janvier 1932. Monsieur Roger Makka, élu « Meilleur Maître » de la Guinée et de l’AOF, a été affecté à Yembéring. Dans un premier temps, un hangar a accueilli l’effectif des 47 élèves. Plus tard, un bâtiment en pierres taillées de deux classes a été construit par le chef de canton. L’établissement avait le statut d’école rurale. C’est-à-dire du CP1 cours préparatoire 1ère année au CE2 cours élémentaire 2ème année.

Beaucoup d’élèves de cette école ont réussi à aller à l’Ecole Supérieure de Conakry, appelée Ecole Primaire Supérieure où ils se sont distingués par le mérite. On peut citer entre autres :

Monsieur Moustapha Goumba Diallo, 1er de la Guinée à l’Examen du CEPE en 1939 ;

Monsieur Alpha Oumar Sampirindji Diallo, 1er de l’AOF au concours d’entrée à l’Ecole Forestière d’Abidjan ;

Monsieur Mouctar Sampirindji Diallo, 1er de l’AOF au concours d’entrée à l’Ecole Forestière d’Abidjan ;

Monsieur Mamadou Cherif Diallo 1er de l’AOF au concours d’entrée à l’Ecole des Aides Ingénieurs à Bamako en 1954. Il réside actuellement au Canada ;

Docteur Mamadou Saliou Diallo, 1er de l’AOF au concours d’entrée à l’Ecole William Ponty de Dakar en 1956.

Madame Kadiatou Sampirindji Diallo, épouse de feu Diallo Boubacar Tely, 1er Secrétaire Général de l’OUA. Madame Diallo est aujourd’hui la seule vivante des Promotions qui se sont succédé de 1932 à 1943.

L’Ecole de Yembéring ainsi présentée dans sa figure historique est à l’actif du pouvoir à l’époque. Grâce notamment à la clairvoyance, à la vision et au patriotisme d’un homme dont le dynamisme, le mérite, la fermeté, le souci d’être utile à sa population ont été reconnus par tous les administrateurs coloniaux qui se sont succédé à Mali entre 1927 et 1948. Cette grande figure, c’est bien Thierno Cherif Diallo, chef de canton de Yembéring, né en 1894 et décédé en 1948.

Après cette présentation, M. Mamadou Lamarana Barry, maire de la commune Rurale de Yembering, a fait le bilan et les perspectives de l’ensemble des écoles se trouvant dans sa sphère géopolitique.

Il a déclaré : « L’école de Yembéring a été créée en 1932 avec deux seules salles de classe. Nous en sommes à 142 salles de classe aujourd’hui. Durant les 90 dernières années, nous sommes passés d’une école à 32 écoles dont un lycée-collège. Quant aux effectifs, de 47 élèves en 1932, nous sommes à 6 361 en 2022.

Pour mémoire, les promotions de 1932 à 1943, il n’y a que Hadja Kadiatou Diallo Sampirindji, épouse de feu Diallo Tely, qui vit aujourd’hui.

Les différentes salles de classe sont gérées par 82 enseignants titulaires et 66 contractuels communautaires pour un effectif de 148 enseignants pour tous cycles confondus.

Avec la sensibilisation du comité de réflexion, ces contractuels communautaires sont payés par les parents d’élèves. A la fois résidents et ressortissants pour un montant de 252 millions par an au primaire et 91.800 mille par an depuis 2012 au secondaire, soit 343 millions de nos francs déboursés par les citoyens.

Les filles et fils de Yembéring réitèrent leur engagement de soutenir l’école par des actes concrets. J’en veux pour preuve, un don de 1 500 livres fait par notre fils Souleymane Sôto Diallo, vivant en France, pour le Lycée-collège.

Perspectives pour les dix prochaines années

Il est prévu d’ici 2032 à l’occasion du centenaire :

 ─De normaliser 8 écoles à 6 salles de classe et 8 autres écoles à 3 salles de classe

─De rénover 29 salles ;

─D’achever 4 salles ;

─De créer 4 Collèges de proximité (Donghol, Sabèré Yali, Cheffou Hakkoudhé et Sôto dans le District de Horé Saré) pour 16 salles de classe, 4 directions et 8 blocs de latrines, 4 forages et 16 logements ;

─De sécuriser cette école primaire par une clôture murale, restaurer les 15 salles de classes et achever la Direction entamée par la promotion 1970-1971.

Pour y parvenir, la période 2022-2024 est retenue pour mobiliser les fonds nécessaires. Sur la base du volontariat, il est demandé à chaque citoyen majeur de s’inscrire dans son secteur et donner 100.000 francs par an pendant 3 ans. Une contribution d’honneur de 500.000 est nécessaire. Ainsi l’aide des ressortissants, des bailleurs de fonds, des bonnes volontés et du Gouvernement est vivement sollicitée ».

Ce discours sera suivi par quatre autres. Tour à tour, Elhadj Lamarana Peindior Diallo, ancien préfet et ancien député à l’assemblée, principal, architecte de cette célébration, a rendu un vibrant hommage aux devanciers. En particulier à Thierno Chérif Yembering. Ensuite ce fut le tour de MM. Gbato Donzo, Alphonse Haba et Elhadj Mouslihou Diallo, respectivement l’inspecteur régional de l’éducation, secrétaire général chargé des collectivités décentralisées et chef de cabinet du Gouvernorat de Labé de prononcer leur discours. Tous ont félicité et encouragé Yembering pour avoir été un foyer du savoir dans le Fouta Djallon.

Pour joindre l’utile à l’agréable, un don de 1 500 offert par un ressortissant de Yembering vivant en France, a été présenté au public. Il s’agit de M. Souleymane Sôto Diallo, fils de feu Elhadj Boubacar Sôto Diallo, un magistrat qui a marqué son temps.

La cérémonie a pris fin par la remise d’un témoignage de satisfaction que Yembering décerne à titre posthume à Thierno Chérif Diallo. Ce satisfecit a été remis à Hadja Kadiatou Diallo, fille ainée de Thierno Chérif. Suite à ce geste de reconnaissance, Elhadj Abdoul Karim Diallo, fils de Thierno Chérif, a exprimé la satisfaction et la reconnaissance de sa famille à l’endroit de tous les fils de Yembering.

Pour boucler la boucle, deux enfants ont fait un récital remarquable. Cette belle prestation sera suivie par celle d’un duo slameur qui a émerveillé le public.

Habib  Yembering Diallo

Téléphone : 664 27 27 47

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :