Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

La publication de la charte de la transition : “Un motif d’espoir”, selon Faya Millimonou

Dr Faya Millimono, le président du Bloc Libéral (BL), s’est exprimé, sur Fim Fm, sur la charte de la transition déclinée, lundi soir,  par le CNRD.

« Nous avons écouté la lecture de la charte. Tous les grands principes annoncés depuis les premiers communiqués pour lesquels nous autres au niveau des partis politiques et même de la société civile semblent être prescrits dans cette charte.

Ce qui, déjà est un motif d’espoir que cette période transitoire va se dérouler correctement. Il reste à voir les étapes prochaines. Nous avons par exemple apprécié que le CNT, contrairement aux propositions d’autres, soit plus restreint. Nous, nous avions pensé que 75 personnes étaient suffisantes, on est allé à 81, ce n’est pas mal. Donc, nous avons fait une lecture et nous pensons qu’il y a l’espoir », a indiqué le président du Bloc Libéral.

Pour ce qui est de la durée de la transition, Dr Faya Millimonou croit “que c’était prudent de la part du CNRD de ne pas se prononcer sur cette question parce qu’elle est cruciale. Vous suivez déjà la pression de la communauté internationale, et vous avez suivi le passage à Conakry de la délégation au plus haut niveau de la CEDEAO. Et il y a également au sein de la société guinéenne des divergences de vue.

De notre côté au niveau de la CPR, nous avons pensé que compte tenu de ce qu’il y a à faire, nous avons besoin d’un minimum de deux (2) ans et cinq (5) ans au maximum. Il y a beaucoup de divergences même au niveau de la classe politique. Donc sur cette question, je suis d’accord avec eux que ça soit l’objet d’une concertation pour s’entendre sur quelque chose

Sur la question de savoir comment un putschiste peut-il prêter serment devant la cour suprême, Dr Faya précise : “nous sommes en train de reconstruire quelque chose qui allait très mal. Il y a certains détails sur lesquels on ne va pas tellement s’attarder. Nous avons une situation exceptionnelle. Donc, il y aura des mesures naturellement exceptionnelles.»

Parlant du quota de 15 représentants de la classe politique, le président du BL pense que “la classe politique est organisée en coalition. Je crois que nous devrons montrer une certaine preuve de maturité et de responsabilité. C’est ce que nous sommes en train de faire. Ce n’est pas une question de répartition de petits avantages. Il s’agit de trouver parmi nous les hommes, des femmes qui sont compétents, et sont intègres.”

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...