Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Kindia : les citoyens célèbrent la Tabaski dans un contexte économique précaire

Les préparatifs pour la fête de Tabaski ou fête de moutons vont bon train à Kindia. Là, les fidèles musulmans s’apprêtent à célébrer cette fête dans un contexte de crise économique caractérisée par la hausse du prix des moutons et d’autres articles dans le grand marché. 
Les citoyens préfèrent se procurer des poulets aux béliers à cause de la conjoncture que traversent les citoyens en prélude à cette fête de Tabaski.
Ce procurer d’un bétail ou d’un petit article dans le marché devient un parcours de combattants.
Interrogé devant un parc de moutons dans le quartier gare, revient sur la conjoncture avant d’interpeller les autorités, Ousmane Cissé lie cette situation à la crise économique :  « Je suis là pour chercher mon bélier,mais je vois que le prix est trop exhorbitant. Depuis le matin, je suis là, mais difficilement j’ai pu m’entendre avec les vendeurs.
Cette situation est due au contexte sociopolitique du pays.
Des citoyens ne peuvent pas s’y prêter à ça. La vie est trop dure, les gens sont très pauvres.
Vous-mêmes, vous aviez vu, depuis le matin, tout le monde pleure. Combien de bus qui transportent les poulets importés, c’est la preuve qui démontre que les gens souffrent », a-t-il souligné.
De son Cote, Mamadi Condé, marchand de petits ruminants, déplore : « cet état de fait ne dépend pas de nous. Nous partons jusqu’à Segueya, voire Madina Oula pour acheter. Il y a des frais qu’on paye sur la route. On peut faire le tour des petits marchés pour avoir les bétails, nous pouvons faire jusqu’à deux semaines avant que nos bêtes ne finissent, cette année on il n’ya pas de clients, nous souffrons énormément,on est même inquiet ».
Chez les tailleurs, c’est la même situation. Comme nous témoigne la situation à laquelle ils sont confronté : « Nous sommes confrontés à des sérieux problèmes de clients.
Pendant le mois de Ramadan, c’était mieux,mais cette fois-ci c’est très compliqué. Si non l’année dernière, on passait la nuit dans l’atelier. Mais cette année, c’est une déception totale », a-t-il renchéri.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...