Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Kankan : L’avis de grève des enseignants largement suivi

Le mot d’ordre de grève déclenché ce lundi 25 avril 2022, par l’intersyndicale composée d’une faction du  Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), de la Fédération syndicale professionnelle de l’éducation (FSPE) et du Syndicat national de l’éducation (SNE) a été suivi à la lettre à Kankan.

Malgré l’appel lancé la veille, par le ministre de l’Education, Guillaume Hawing, pratiquement aucun enseignant n’est venu dispenser les cours ce lundi dans toutes les écoles publiques du Nabaya.

Du lycée Morifindjan Diabaté à celui d’Almamy Samory Touré en passant par ceux de Marien N’gouabi et 3 avril, ce constat était le même partout avec, à la clé, des salles de classes et des enceintes totalement désertes.

Fanta Siao Kaba, élève en 12ème année au lycée Morifindjan Dianbaté, venu dans l’espoir de reprendre ses cours nous explique sa frustration : «  Hier nuit, c’est en suivant le journal télévisé que j’ai entendu le ministre dire que les cours doivent reprendre ce lundi 25 avril 2022. En plus c’est bientôt les examens et les compositions. Donc étant soucieuse je suis venue mais malheureusement, les profs n’ont pas répondu présent. Donc je suis obligée de rebrousser chemin », nous a-t-elle affirmé.

Sentiment de déception partagé par N’faly Sidibé, proviseur du lycée Almamy Samory Touré de Kankan, l’un des lycées où les cours sont totalement boycottés par les enseignants grévistes dans la ville, laisse entendre que : «  Ce matin le fonctionnement de notre école a été sévèrement impacté par la grève déclenchée par les enseignants. Les élèves qui étaient là massivement  tôt le matin, ont été obligés de repartir pour faute d’enseignants. La grève certes n’est pas proscrite par le code du travail, mais cette période est mal indiquée compte tenu des examens et des compositions. Le directeur préfectoral et l’inspecteur régional de l’éducation étaient tous les deux présents sur place pour constater et prendre la liste des enseignants grévistes. Donc cela n’engage que moi, je demande à nos collègues de reprendre le service », a-t-il martelé.

Pour sa part, Mohamed Joline Kaba, secrétaire général au niveau préfectoral du SNE droit dans ses bottes, invitent ses camarades à maintenir le cape : «  Nous demandons à tous les enseignants de serrer la ceinture et de continuer à observer le mot d’ordre de grève jusqu’à la satisfaction de nos revendications », a-t-il exhorté.

Faut-il rappeler qu’en marge de ce mouvement de débrayage, des enseignants exigent une augmentation de salaire et le recrutement des jeunes enseignants contractuels à la fonction publique.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :