Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Justice : la Guinée et la CPI signent un protocole d’accord 

Le colonel Doumbouya a signé ce 28 septembre 2022 un protocole d’accord entre la Guinée et le Bureau de la Cour pénale internationale (CPI). C’est une première en Afrique, selon Charles Wright, le ministre de la Justice.La signature de cet accord est intervenue après l’ouverture du procès des évènements douloureux du 28 septembre 2009. Karim Kharim, procureur général de la CPI est arrivé à Conakry le 27 septembre pour participer à l’ouverture de ce procès tant attendu, 13 ans après les massacres au stade de Conakry. Tenir un tel procès est la preuve que la Guinée veut garder jalousement son indépendance, estime Karim Khan : « Monsieur le président, j’ai remarqué combien la souveraineté et l’indépendance vous tiennent à cœur. Ce n’est pas une option, ce n’est pas quelque chose qui doit être négociée ou marchandée. Cela doit être dans le cœur des Guinéens qui souhaitent progresser ».Il a rappelé néanmoins que la loi a ses exigences et que la Guinée  étant un Etat-partie aux Statuts de Rome, elle doit respecter ses obligations. « Je crois qu’aujourd’hui c’est un autre jour d’espoir.  Je souhaite encore une fois, Monsieur le président, remercier le ministre de la Justice », a-t-il affirmé, avant d’ajouter que la Guinée est un pays béni de Dieu:  « Je peux dire avec beaucoup d’humilité que Dieu a béni ce pays. Il n’y a rien que ce pays ne puisse pas faire. Et la loi est alors nécessaire pour assurer la sécurité, la stabilité dans ce pays, pour donner aux gens, la confiance en l’avenir. Moi je ferai de mon mieux à travailler avec les institutions de la Guinée pour qu’elles puissent se dégager de leur responsabilité comme vous vous l’avez dit, afin d’aider le peuple. La justice doit être le combat de tout Guinéen. Nous devons tous avancer en tenant compte de ces combats pour que nous ne soyons pas déviés de notre destination finale où nous sommes en train d’aller, pour que la Guinée puisse raffermir ce qui sera fait par la grâce de Dieu».Pour le ministre de la Justice et des droits de l’homme, Alphonse Charles Wright, cet accord est une preuve qu’on peut faire désormais confiance à la justice guinéenne : «Ce jour est historique pour la justice guinéenne. Elle prouve que notre pays doit désormais avoir foi à sa justice. C’est une première en Afrique qu’il y ait un tel protocole d’accord de confiance mutuelle entre le Bureau de la Cour pénale internationale et un pays africain ».

Plus loin, il  ajoute que l’engagement de la Guinée, c’est de raffermir les relations de coopération avec le Bureau de la CPI, mais aussi faire en sorte que le procès des massacres du 28 septembre 2009  puisse aller jusqu’au bout.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...