Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Injonction de la Cedeao sur une durée de transition « acceptable » : le CNRD clôt les débats

En marge d’un récent sommet extraordinaire tenu à Accra, au Ghana, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a demandé à la junte au pouvoir en Guinée, la finalisation d’un calendrier « acceptable » d’ici le 3 juillet.

Une question sur laquelle le ministre Secrétaire général de la Présidence de la République  et Porte-parole de la Présidence, s’est prononcé, hier mercredi, chez nos confrères de France 24.

« Acceptable ou pas », le Colonel Amara Camara s’appuie d’abord sur l’historique du chantier déjà abattu par le Comité National du Rassemblement pour le Développement ayant finalement abouti à la proposition des 36 mois comme durée de la transition  et validée par le Conseil National de la Transition.

« Il faut quand-même partir de l’historique de ces 36 mois. Il vous souviendra qu’au lendemain du 5 septembre, le CNRD a lancé une concertation à laquelle toutes les couches de la Guinée ont participé. A l’issue de laquelle il y a eu les organes de la transition. Un cadre de dialogue et de concertation a été créé. Les actions clés pouvant nous sortir de la transition ont été exposées à la classe politique, aux Syndicats. Bref, aux forces vives de la nation. Ce sont ces composantes de la nation qui sont allées réfléchir à un chronogramme de la transition qui a été soumis et analysé à l’issue duquel le chef de l’Etat a proposé un délai de 39 mois, qui a été soumis au CNT. C’est à l’issue des travaux du CNT que le chronogramme a été révisé à 36 mois avant de l’adopter. Finalement, le CNRD a pris acte de cette vote du CNT fixant le chronogramme de la transition à 36 mois. Donc, à l’interne, je peux le dire sans me tromper que c’est de façon concertée, partagée par toutes les classes de la société guinéenne. Et ce n’est pas fortuitement que la date de 36 mois est sortie. C’est une concertation qui a donné ce chronogramme que nous comptons vivement respecter.  Et pour le faire, on a besoin de l’aide et de l’accompagnement non seulement des Guinéens, mais aussi des partenaires parmi lesquels il y a la CEDEAO », a conclu le Porte-parole de la Présidence, le colonel Amara Camara.

Des propos tout tranchés qui viennent exprimer, on ne peut plus clair, la position du CNRD face aux injonctions des chefs d’État de la CEDEAO qui lui demandait de proposer un  »calendrier acceptable d’ici au 3 juillet prochain ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :