Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

In memorian : deux ans après, pensée pieuse à Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’

Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’ est né en 1966 à Conakry. Fils de feu Franmady et de Hadja Manty Dioubaté, marié à une femme et père d’une fille, il n’aura vécu que 56 ans en laissant derrière lui, une veuve, une unique fille et un groupe orchestral estropié de sa plus grande valeur.

Scolarisé en 1974 à l’âge de 8 ans, Ansoumane Camara débuta ses études primaires à l’école de Tombo dans la commune de Kaloum. Il enchainera celles secondaires, respectivement au C E R 28 septembre et au Lycée Matam, jusqu’en classe de 10ème année.

Très tôt gagné et dominé par les valeurs de sa caste, par une tradition qui circule dans les veines, Petit Condé s’arrêtera là et va se jeter dans le monde des artistes.

Décédé le 15 juin 2020, Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’ a rejoint sa dernière demeure, le lendemain du 16 juin au cimetière de Cameroun.

Cette grande autre guitare s’est tu. Elle rejoint dans le paradis céleste d’autres grands joueurs des six cordes qui ont bercé les mélomanes guinéens à travers les riches et valeureux folklores du pays. Reposes en paix !

 Quand ‘’Petit Condé’’ parlait de lui-même à Guinéenews, il y a un peu plus de deux ans. Lisez :

 ‘’ Je suis issu d’une famille griotte de père et de mère. Mon père possédait plusieurs guitares à la maison et animait en compagnie de ma mère les cérémonies de mariage, de baptême et plusieurs autres de réjouissances. Les mélodies des guitares étaient mes voisines car, ma mère aussi jouait à cet instrument et c’est surtout auprès d’elle, que j’ai commencé à grincer et à apprendre correctement à jouer à la guitare. Mon père s’était toujours opposé à moi dans l’apprentissage de la guitare, et il m’avait interdit de toucher à ses guitares, au risque de se voir tabasser. Il tenait à ce que j’aille à l’école et continuer les études.

A l’époque, j’étais complètement enivré par la guitare. Pour jouer, il fallait voler la guitare du vieux et grincer en cachette. Un jour, et ce jour sera d’ailleurs celui décisif, car une des guitares de mon père va se casser dans mes mains. J’ai eu tellement peur que je n’oublierai jamais ce jour. Il a fallu l’intervention d’un père voisin, qui atténuera la situation. Et c’est ce même jour, que le feu vert de jouer à la guitare me fit décréter solennellement par mon père.

Pour mon parcours, il faut signaler que tout a commencé en 1978, quand j’ai intégré la Brigade Nationale des Pionniers. J’ai rencontré au sein de cette Brigade des pionniers, Kabinet Kaabi Kouyaté, Sékouba Kandia Kouyaté, N’Fanly Kouyaté et plusieurs autres qui s’intéressaient à la musique. L’amitié aidant, nous avions tissé de bonnes relations qui se sont étendues en dehors même de la Brigade nationale. C’est ainsi que j’ai fait aussi la connaissance de Fodé Baro, Doura Barry et autres.

Notre petit groupe se retrouvait le plus souvent à la SIG Madina, pour des répétitions avec des guitares acoustiques. C’est ainsi qu’en 1979, naitra d’ailleurs par l’initiative de Tabassi Baro, le groupe orchestral dénommé ‘’Tabaro’’. Nous avions eu à l’époque, l’opportunité de faire un enregistrement à la RTG par le biais de Justin Morel Junior.

Vers 1980-1981, il y a eu l’arrivée des commandes d’instruments de musique pour les préparatifs du festival 1982, qui fut le dernier du feu Président Ahmed Sékou Touré. C’est à cette occasion, que Mme Rabiatou Sera Diallo, à l’époque Secrétaire Générale du Comité d’Arrondissement des Travailleurs (CAT) du 1er arrondissent et actuelle Présidente du Conseil Economique et Social, avait acheté un lot d’instruments pour former l’orchestre des travailleurs, qui a été baptisé ‘’CAT 1 Mélodie’’. Nous avions été réunis dans cette formation par Prince Bah, qui dirigeais l’orchestre et qui était musicien du Kaloum star de Conakry 1. Finalement, c’est cet orchestre qui deviendra ‘’l’Atlantique Mélodie’’. 

J’ai poursuivi mon bonhomme de chemin et je me suis retrouvé plu tard dans le Kaloum Star de Conakry1, en compagnie du Maestro Maitre Mamadou Aliou Barry.

Après mon passage dans le Kaloum Star, nous avions pris l’initiative de créer l’ensemble orchestral dénommé ‘’les Héritiers de Sory Kandia Kouyaté’’. C’est suite à l’accident tragique qui a couté la vie à deux de nos collègues en l’occurrence Mamady Kouroumah’’Tabuley’’ et André Kouyaté (paix à leurs âmes), que ce groupe musical a commencé à sombrer.

L’année 1990 fut celle de l’avènement du vedettariat. C’est après que nous ayons pu concocter quelques albums en compagnie de Mory Diély Deen Kouyaté et Sékouba Kandia Kouyaté, l’idée de fonder un constant groupe de musique est venu de l’agence culturelle ‘’Conakry magakhoui’’. Feu Aly Badara Diakité à la tête de cette agence, épauler par Isto Kéira, ont sollicité mes services et vont d’ailleurs baptisé l’ensemble, du nom du ‘’Groupe standard’’. Depuis, beaucoup d’eau ont coulé sous le pont et je suis toujours actif au sein de cet ensemble qui me procure de très grandes satisfactions ‘’.

De grandes satisfactions, cet élève de Mamadou Camara ‘’ MC’’ à la guitare solo, pleins d’initiatives est stoppé par ce brusque destin. Il s’en est allé pour nous laisser abasourdis avec consternation.

Joint au téléphone, le chef d’orchestre du groupe standard Sékou Conté alias ‘’Wastério’’, nous a étalé le programme des cérémonies qui vont suivre ces deux 2 ans depuis la disparition de Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’.

Ce mercredi 15 juin, depuis 9 heures le rendez-vous était fixé à la paillote.

Artistes, collaborateurs, amis et famille se sont joint au groupe standard pour se recueillir sur la tombe de Petit Condé au cimetière de Cameroun.

La lecture du coran pour le repos de l’âme de Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’ est prévu pour 14 heures dans la famille paternelle au quartier ENTA.

Jeudi 16 juin, poursuit ‘’Wastério’’, une séance d’écoute des récents albums du groupe standard réalisé en compagnie de l’illustre Petit Condé, sera organisé à la paillote. Cette cérémonie servira à prendre des mesures idoines pour la sortie prochaine des dits albums.

Le 17 juin une soirée artistique est prévu à Landréah à l’espace Dyèrèwolo à partir de 21 heure.

La clôture de la cérémonie des deux ans de disparition de Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’ aura lieu à la Paillote à partir de 21 heures.

Le Chef d’orchestre Sékou Conté ‘’Wastério’’, promet au nom de l’ensemble du groupe de relever le défi pour que l’âme de Petit Condé repose en paix.

Lisez les dernières volontés du défunt artiste recueilli quelques mois avant sa disparition sur notre site électronique dans sa rubrique ‘’Que sont-ils devenus ?

‘’ Il me tient à cœur d’exprimer mon soutien à tous ces artistes, musiciens ou griots qui ont cessé d’être en activités depuis l’apparition de cette pandémie dans notre pays. Au jour d’aujourd’hui, je vous dis franchement, qu’il y a des familles de griots qui ne parviennent même pas à trouver pendant ce mois saint, de quoi subvenir aux besoins de la famille. J’en appelle donc aux dirigeants à tous les niveaux, de venir en aide aux artistes, aux hommes de culture, afin de trouver des solutions d’assistance tampons en cette période de pandémie et d’urgence sanitaire’’.

Repose en paix Ansoumane Camara, ‘’Petit Condé’’

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...