Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Horreur à Bantou-Faranah : le président d’un district égorgé puis découpé par un jeune

Le district de Bantou-Gbènikoro, relevant de la sous-préfecture de Bantou qui est, elle, située à environ 18Km du centre urbain de Faranah, a enregistré dans la journée du mardi 12 avril, l’un des crimes les plus abjects de son existence. Son président, Lamine Oularé, bigame et âgé de 70 ans, a été sauvagement assassiné en plein brousse par un jeune venu d’un village voisin, situé environ à 4km de Bantou-Gbènikoro. Le bourreau, Sambou Oularé, âgé de la vingtaine, a d’abord égorgé le vieil homme à l’aide d’une machette, l’a démembré avant de déposer les restes de son corps auprès de sa moto qui était chargé de bois ronds.

 Le présumé assassin, après avoir commis sa forfaiture, aurait pris, rapportent nos sources locales, la fuite pour aller se mettre à l’abri d’une petite forêt non loin des lieux du crime. Là, Sambou ôtera sa chemise qui était déjà couverte de sang et l’y cachera avec sa machette qui lui a permis d’exécuter de sang-froid sa victime.

Peu après la commission de l’odieux crime, le corps du vieil homme va être découvert par un habitant de son village. Très désemparé face à la découverte macabre, ce dernier accourt aussitôt au village pour informer les habitants de la triste nouvelle. Immédiatement, ces derniers se rendent sur les lieux pour faire le constat. C’est dans cette situation empreinte d’émotion et de colère légitime que le présumé assassin sortira de sa cachette pour se confondre à la foule qui avait commencé à investir la brousse pour traquer l’auteur dudit crime.

Interrogé pourquoi il est présent sur les lieux alors qu’il est du village voisin, Sambou répond qu’il est là pour observer comme tout le monde. Chose qui n’a guère échappé aux plus vigilants d’entre eux, c’est la nudité de l’homme. Lorsqu’il a été interpellé sur cet état de fait, il leur a rétorqué que ses habits sont juste à côté. C’est ainsi qu’il lui a été intimé l’ordre de se mettre devant pour aller les chercher. Arrivés dans la petite forêt qui lui a servi de cachette, la foule découvrira, non sans surprise, les habits tout imbibés de sang et la machette qui a servi à tuer le président de district.  Sur le champ, Sambou Oularé se fera ligoter et tout de suite, il passe aux aveux. Durant cet interrogatoire musclé, l’homme affirmera qu’il a été commis à la tâche par quelqu’un d’autre sans pouvoir livrer l’identité de ce dernier. Grâce à l’intervention des autorités locales, il sera finalement conduit, sur instruction du Procureur, à la prison centrale de Faranah.

Un massacre qui jette aujourd’hui dans l’émoi total tous les habitants du village Bantou-Gbènikoro ainsi que tous les témoins qui ont vu le corps mutilé du vieux Lamine Oularé atrocement égorgé.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :