Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Habitat/Labé : lancement des opérations d’identification des biens de l’Etat.

Attendu depuis quelques jours, c’est finalement ce jeudi 05 mai 2022 que les opérations d’identification et de recensement des biens de l’Etat ont été lancées dans la région administrative de Labé. Pour le centre urbain, c’est la zone du camp Elhadj Oumar Tall qui a donné le coup d’envoi de l’opération, a constaté sur place la rédaction locale de votre quotidien électronique Guineenews basée à Labé.

A ce niveau, plusieurs concessions de Tandeta, secteur du quartier Nadhel de la commune urbaine (longeant pour la plupart la route internationale Labé – Sénégal via Koundara) ont été identifiées. Pour la commission, ces habitations seraient réalisées sur le territoire du camp Elhadj Oumar Tall de Labé. Une nouvelle qui a surpris l’ensemble des habitants en général et particulièrement le responsable dudit quartier qui a fait savoir que le périmètre en question appartient bel et bien à la collectivité.

« Je ne peux rien dire en principe parce que nous on connaissait les délimitations du camp de Labé depuis l’antiquité mais on ne nous a pas demandé où se trouve la limite. Ils sont venus seulement avec de la peinture et se sont livrés à l’opération. Je vous dis que c’est nos parents qui habitaient à l’intérieur du camp. Il y a beaucoup de bâtiments du camp qui sont construits par nos parents. C’est lorsque le camp est venu, ils ont délogé nos parents qui sont partis dans les confins. Les premières limites se trouvaient aux abords du cimentière. C’est ce qu’on a connu depuis l’enfance. Mais ça ne fait même pas 10 à 15 ans depuis qu’ils ont mis les bornes là avec l’habitat », a expliqué maître Mamadou Tanou Nadhel Diallo, le chef quartier de Nadhel.

Complètement abattu par cette visite indésirable et à bout de larmes, Fatoumata Binta Baldé s’est exprimée en ces termes : « mon mari n’est pas là ; on vit ici depuis maintenant 22 ans et c’est ici que j’ai trouvé la famille de mon mari. On n’a nulle part où aller. Pour l’instant, je ne sais pas qu’est ce qu’il faut ; on est juste étonné et on se demande quoi faire ».

Trois commissions ont été constituées pour la circonstance. Il s’agit de la commission identification et récupération, la commission chargée de conflits franco-guinéens et une commission justice. Après le camp, beaucoup d’autres zones comme l’espace de l’aéroport, l’apiculture ou le quartier administratif (Kouroula) sont dans le viseur.

A suivre !

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :