Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée : les industriels à l’assaut du secteur agricole 

Stimuler les investissements des corporations socioprofessionnelles dans le secteur agricole. Telle est l’ambition affichée par le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage. Cela, en conformité avec la consigne donnée par le président de la transition instruisant le Premier ministre de faire tout pour améliorer la productivité en Guinée afin de réduire de façon considérable la dépendance du pays vis-à-vis des importations des produits alimentaires.

C’est dans cette dynamique que le Colonel Mamadi Doumboubya a exigé aux membres du gouvernement de s’impliquer dans la production agricole en faisant au moins 50 hectares chacun. Dans la mise en œuvre de cette consigne, Mamoudou Nagnalén Barry a conféré avec les journalistes ce vendredi 15 avril 2022.

Dans son exposé luminaire, le conférencier a déclaré avoir reçu en premier les grands opérateurs économiques du pays pour leur dire de faire un sursaut patriotique en contribuant à leur façon à la production agricole cette année.

« Donc, nous avons déjà quatre grands opérateurs qui ont décidé de produire de façon considérable pendant cette campagne-là. Afin de réduire notre déficit alimentaire l’année prochaine. Notamment le groupe Sonoco qui veut faire 10.000 hectares et qui veut monter jusqu’à 15.000 hectares de production cette année. Guicopres nous a également adressé un courrier pour faire 5.000 hectares cette année. Le groupe Guiter S.A souhaite également faire 7.500 hectares cette année. Il y a un autre groupe étranger qui veut faire 17.500 hectares. Dès après le Ramadan, ils vont commencer la production », a-t-il informé.

Poursuivant, le ministre a indiqué qu’il y a beaucoup d’autres groupes qui ont contacté ses services pour leur exprimer leur volonté à contribuer à la production agricole à partir de cette année.

Au niveau du ministère, nous sommes très heureux de voir qu’un engouement est en train de naître autour du secteur agricole. (…). En tant que patriote, il est important de contribuer à cette guerre alimentaire dans laquelle les pays sont en train de fermer leurs frontières à l’exportation aux autres pays. On l’a déjà remarqué en Afrique de l’Ouest, mais aussi à travers le monde, le maïs ne sort pas, le riz non plus. Alors, si nous ne produisons pas localement, il y a un risque très important. Et je peux vous le dire sincèrement, en tant que ministre de l’Agriculture, je suis très inquiet. Parce qu’en 2023, on n’aura pas d’excuses. Quand les autres fermeront peut-être leurs frontières, on ne pourra s’en prendre qu’à nous-mêmes. C’est pour cela il faut qu’on se mette à la tâche », a exhorté Mamoudou Nagnalén Barry.

Poursuivant, le ministre a annoncé la réception d’autres corporations pour les inciter à s’intéresser à l’agriculture. Parce que, a-t-il rappelé, notre patrie a besoin de nos mains, de nos ressources pour produire. « L’agriculture est rentable. C’est l’un des rares investissements dans lequel on peut mettre 100 pour sortir avec 200, 400 voire 500 », a-t-il incité.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :